Activités parlementaires : Les membres de la Commission des Finances et du Budget vont se réunir ce vendredi

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( Agence de presse panafricaine ) Ils vont tabler sur l’étude du projet de loi qui sera en étude au cours de cette neuvième législature

Ils portent sur des modifications qui doivent contribuer à l’alignement du texte macroéconomique et budgétaire actuel, modifié sur les hypothèses de même que sur la base de la loi de finances 2019. Celle-ci a été préparée tient compte des conclusions du dernier examen du programme économique et financier triennal conclu avec le fonds monétaire international.

Face à cette confusion, les nouvelles hypothèses retenues résultent des modifications et des ressources mobilisables sans oublier la structure des niveaux de dépenses du budget de l’État.

En ce qui concerne les revenus, il est à relever que :

Les recettes devraient augmenter de manière significative de 361,5 milliards de FCFA, soit une augmentation des recettes internes de 121,5 milliards de FCFA et des prêts et dons de 240 milliards de FCFA répartis comme suit :  

–         Augmentation des recettes d’environ 56 milliards de FCFA, due principalement à l’augmentation de la production

–         Augmentation des recettes fiscales et non fiscales de 44,5 milliards de FCFA

–         Augmentation des subventions, fonds de soutien et legs de 21 milliards de FCFA

–         Une augmentation attendue de 240 milliards de FCFA de prêts et dons, répartis comme suit.

–         Tirages sur emprunts multilatéraux directs extérieurs: 53,237 milliards de FCFA

–         Tirages sur emprunts bilatéraux extérieurs directs: 94 810 FCFA

–         Appui budgétaire: 29 milliards FCFA

–         Tirages sur emprunts auprès d’organismes privés extérieurs: 11,953 milliards de FCFA et émission de bons du Trésor à plus de deux ans de 52 milliards de FCFA

En ce qui concerne les dépenses, un grand nombre des contraintes rencontrées dans l’exécution du budget de l’Etat ont été prises en compte, pour assurer une exécution sans heurts pour la période restante de l’exercice financier. Cela implique De :

Réduire le stock considérable d’arriérés intérieurs

Augmenter des dépenses d’investissement en financement extérieur

Recapitaliser la banque de PME

Organiser des élections régionales et établir des régions

Subventionner des prix à la pompe

La Sécurité

Augmenter l’allocation pour les paiements de pension

Les nouvelles priorités suivantes seront notamment abordées: – l’Augmentation  des prévisions de dépenses liées au subventionnement des prix à la pompe à essence 20,3 milliards de FCFA – l’Augmentation du montant nécessaire pour couvrir les paiements de pension: 1 milliard de FCFA – l’Augmentation de la provision pour la sécurité: 20 milliards de FCFA – des Dépenses liées à l’organisation des prochaines élections: 30 milliards FCFA.

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Congo : La date des sénatoriales est connue

Read Next

Algérie : Un proche de Bouteflika en prison

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *