AFRIQUE : La Bad prévoit une hausse de capital de 11 milliards Us en 2019

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«La banque est engagée dans des discussions avec ses actionnaires en vue d’une augmentation générale de son capital de 11 milliards de dollars », a indiqué le président de la Banque africaine de développement (Bad) Akinwumi Adesina. C’était lors d’une conférence de presse le 5 février dernier, au terme d’un déjeuner avec les ambassadeurs des pays membres de cette banque.

Cette septième augmentation du capital après la sixième qui a eu lieu en 2010, sous la présidence de Donald Kaberuka, «nous permettra d’en faire beaucoup plus pour l’Afrique pour réaliser les objectifs de l’agenda 2062 : ”l’Afrique que nous voulons”», a expliqué Akinwumi Adesina à la presse.

A l’en croire, avec cette augmentation de capital devrait intervenir « cette année », «Nous devons parvenir à l’accès universel à l’électricité, nous devons aider l’Afrique à devenir autosuffisante sur le plan alimentaire, nous devons parvenir à l’intégration complète du continent, nous devons industrialiser le continent et améliorer la qualité de vie des populations africaines». En clair, la Banque africaine de développement (Bad) veut se donner plus de moyens pour répondre aux besoins de financement du continent africain, dont la population globale est estimée à 1,288 milliard d’habitants pour 54 pays.

Selon les prévisions présentées par M. Adesina, «105 millions de personnes auront accès à l’électricité, 137 millions de personnes bénéficieront de l’accès aux technologies agricoles améliorées, 22 millions de personnes bénéficieront des retombées des investissements dans les projets du secteur privé, 15 millions de personnes auront accès à des services améliorés de transport et 110 millions de personnes auront accès à des services améliorés d’alimentation en eau et d’assainissement ».

Plaidant pour cette augmentation du capital, Akinwumi Adesina s’est montré optimiste confiant que la Bad pourrait réaliser un impact «encore plus significatif» si le nécessaire est fait. «Ce serait une autre Afrique ! Une Afrique si différente ! Aidez-nous à faire émerger cette Afrique en contribuant à la réussite de l’augmentation générale du capital de la Bad», a-t-il déclaré.

En rappel, la Bad a connu six augmentations générales de capital dont la dernière a eu lieu en 2010.


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

la chronique de Dobell: NOS CHEFS DEVANT LA MALADIE ET LA MORT

Read Next

MALI : 244 millions d’euros pour le développement des textiles

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *