AFRIQUE : Le milliardaire Mohammed Hussein Al-Amoudi en liberté

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’homme d’affaires saoudien, né en Éthiopie, Mohammed Hussein Al-Amoudi a été libéré, par les autorités saoudiennes, a annoncé, le bureau du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, le dimanche 27 janvier dernier.

Après plus de 14 mois après son arrestation, dans le cadre d’une vaste campagne de répression contre la corruption. L’ex-Pdg de la Samir faisait partie des dizaines d’hommes d’affaires et personnes issues de l’élite politique saoudienne détenus à l’hôtel Ritz-Carlton de Riyad depuis novembre 2017, sur ordre du prince héritier Mohammed Ben Salman. Selon certaines informations recueillies auprès des proches de l’affaire, « aucune accusation n’a été retenue contre Mohammed Al Amoudi ». Le plus curieux est que la plupart des détenus de Ritz ont été relâchés au bout de deux ou trois mois, mais Al Amoudi figurait parmi plusieurs dizaines d’autres qui ont été transférés dans d’autres lieux de détention et détenus plus longtemps. Plusieurs ont été libérés récemment alors que l’Arabie saoudite s’emploie à désamorcer un tumulte international suite à l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, commis par des agents saoudiens à Istanbul. Traité comme une importante personnalité, finançant des activités politiques et caritatives, sa détention avait déclenché des discussions

diplomatiques entre l’Éthiopie et l’Arabie saoudite et soulevé des
questions sur le traitement qu’il avait subi après des mois puisqu’il avait été mis au secret, sans contact avec sa défense, ni avec ses proches. Raison pour laquelle, certaines sources internes au royaume wahhabite ont déclaré que c’était un moyen pour Mohammed ben Salmane de consolider son pouvoir, en tentant d’écarter de potentiels rivaux.Dans tous les cas, cette libération vient à la suite de celles du milliardaire de Jeddah, Amr Dabbagh, les consultants de McKinsey, Hani Khoja et Sami al-Zuhaibi, et deux hommes d’affaires moins connus,libéré la semaine dernière par les autorités saoudiennes, a rapporté le Wall Street Journal, citant des personnes proches du dossier. Dabbaghet Khoja ont été physiquement maltraités, a rapporté la même source.
A en croire le Wall Street Journal, Mohammed Al Amoudi a payé une forte somme pour sa libération, faisant ici allusion aux transactions conclues avec les autorités saoudiennes par les hommes d’affaires arrêtés dans le cadre de cette rafle anti-corruption.Toutefois, son site officiel informe que pendant sa détention, ses activités en dehors du Royaume étaient « gérées de manière indépendante et ont continué à suivre la vision et la stratégie énoncées par Mohammed bien avant sa détention ».
Citoyen saoudien de 72 ans, Mohammed Al Amoudi est un né d’un père saoudien et d’une mère éthiopienne. Il était autrefois considéré comme l’une des plus imposantes fortunes du monde, évaluée à 8,3 milliards de dollars (7,3 milliards d’euros) par Forbes en 2017. Mais sa détention encore inexpliquée avait soulevé des questions sur les liens secrets de son empire industriel et commercial, comprenant des actifs pétroliers
suédois (Corral), de vastes domaines agricoles en Éthiopie et des
intérêts dans le BTP et l’immobilier saoudiens. par désire


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Cameroun : Les comptes de Rougier scellés

Read Next

Cameroun: Entre 2014 et 2018, la dette publique a augmenté de 3 405 milliards Fcfa

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *