(Agence de presse panafricaine) -Les spécialistes parlent d’une année d’intégration et d’action.

Dans sept mois exactement, l’Afrique deviendra le plus grand bloc commercial du monde, évalué à 1,3 milliard de dollars. L’accord continental de libre-échange africain entré en vigueur le 1er juillet. Les blocs économiques régionaux actuels devraient faciliter l’intégration compte tenu des règles et des infrastructures existantes.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a accéléré les plans de mise en œuvre de cette monnaie, connue simplement sous le nom d’ECO au mois de juin. Le Ghana et le Nigeria ont déjà indiqué leur volonté d’adopter le changement. Mais il y a une controverse croissante concernant l’ingérence de la France.

La 33ème session ordinaire de l’Union africaine prévue du 9 au 10 février à Addis-Abeba, en Éthiopie discutera d’un plan de l’Union africaine visant à faire taire les armes à feu d’ici 2020. C’est-à-dire mettre fin à la guerre et aux conflits afin de créer un environnement propice au développement économique.

En juin, les dirigeants des compagnies aériennes africaines devraient participer à l’assemblée générale annuelle de l’Association internationale du transport aérien (IATA). L’événement est présenté comme le plus grand rassemblement mondial de dirigeants de haut niveau des aéroports, des gouvernements, des prestataires de services de navigations aériennes, fabricants, prestataires informatiques, entre autres.

Par N.R.E App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here