Bénin : Tensions post électorales a Cotonou

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( agence de presse panafricaine ) Les médias font état d’un bilan lourd avec des morts et des blessés lors des affrontements avec l’armée

A Cotonou, les forces de sécurité ont utilisé des armes à feu pour disperser des foules qui manifestaient, appelant à la démission du président Patrice Talon.  Le bilan est lourd : Violentes manifestations, barricades, Maisons incendiées et les médias parlent de la mort de l’un des partisans de l’ancien président Thomas Boni Yayi. Pour l’instant, la police  refuse de commenter et il n’y a pas eu de confirmation du nombre de victimes par les sources gouvernementales.

L’appel des Nations Unies

C’est dans ce climat délétère que ce jeudi, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l’ONU a exhorté les parties prenantes béninoises à faire preuve de la plus grande retenue et à rechercher des solutions à leurs différends par le dialogue : « Nous suivons de près l’évolution de la situation en République du Bénin à la suite des élections législatives du 28 avril, auxquelles les partis de l’opposition ont été empêchés de participer. Nous notons avec inquiétude les tensions et les troubles en cours, qui ont entraîné la destruction de biens et la réaction brutale des forces de sécurité…».

Il a également indiqué que le représentant spécial du secrétaire général en Afrique de l’Ouest et au Sahel, Mohamed Ibn Chambas, était en contact avec des collègues de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ainsi qu’avec des parties prenantes béninoises, afin d’encourager une solution consensuelle et pacifique au conflit à la situation et préserver la paix et la stabilité pour le pays.

Proclamation des résultats

C’est ce jeudi que la cour constitutionnelle a validé les résultats du vote de dimanche, qui a connu un très faible taux de participation : 27%. Les deux partis proches du président Patrice Talon ayant participé au scrutin vont se partager les 83 sièges du nouveau parlement. L’Union progressiste, selon les tendances publiées, totalise 645 214 voix pour 47 sièges probables et le Bloc républicain 502 411 voix pour 36 sièges probables.

Une élection à laquelle n’a pas pris part, les partis de l’opposition, suite à la décision de la commission électorale.

Selon l’organe en charge de l’organisation de cette élection, les formations politiques de l’opposition n’étaient pas en mesure de respecter les critères stricts fixés par la nouvelle loi électorale pour présenter des candidats. Ce qui a entraîné des émeutes dans le centre du pays.

En rappel, le Président Talon et son prédécesseur Boni Yayi vivent une relation conflictuelle depuis 2012. Accusé par son rival d’avoir voulu l’empoisonner, Patrice Talon a par ailleurs battu le successeur programmé de Boni Yayi lors d’une élection de 2016, alors que l’ancien président devait se démettre de ses fonctions après dix ans au pouvoir.

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Cameroun : Il faut accroitre la production laitière

Read Next

Journée Mondiale de la Liberté de la Presse : La responsabilité sociale du journaliste professionnel

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *