(Agence de presse panafricaine) -Evariste Ndayishimiye poursuit des réunions d’échanges avec toutes les forces vives de la Nation. Il a rencontré ce vendredi 17 juillet 2020 les Investisseurs et Opérateurs économiques du secteur privé qui jouent un rôle fondamental dans le développement du pays.

 

 

 

 

Une démarche qui participe à s’y méprendre de la volonté du pouvoir burundais à renforcer le partenariat public-privé qui, en plus de présenter de nombreux atouts est devenu le modèle dominant pour la résilience des économies et surtout une aubaine pour l’amélioration de la crédibilité induite de bon nombre d’états africains en mal de disponibilités financières indispensables pour les investissements productifs dans les secteurs tels les infrastructures, la santé et même l’éducation tant il est vrai que cette dernière est désormais arrimée aux mutations technologiques et singulièrement l’économie numérique à fort potentiel de création de richesses supplémentaires et d’emplois décents pour les jeunes diplômés notamment dans un continent où plus de la moitié de la population est jeune. Au demeurant, cette option induit par ailleurs une approche inclusive qui a le mérite de favoriser outre la concorde sociale, la symbiose opérationnelle de tous les acteurs socioéconomiques en un élan progressiste au sens noble du terme.

 

 

Autant dire, une véritable révolution en gestation afin de sortir progressivement ce pays de son marasme ambiant en lui donnant davantage de chances pour taire rancœurs et autres velléités contestataires préjudiciables à plus d’un titre. Aussi peut-on comprendre l’adhésion spontanée des différentes strates à ces échanges qui se veulent décrispant et intégrateurs à souhait pour que rayonne le Burundi. Bien plus, il marque inexorablement une rupture profonde d’avec son prédécesseur qui aura été plutôt fermé aux échanges de toute nature pour réfréner les mouvements contestataires. Du coup, on se met à penser à un renouveau imminent dans ce pays.

 

 

 

Abdou Diof pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here