Par rapport aux 23 536 tonnes exportées en janvier 2018, cela  représente une baisse de plus de 2 000 tonnes, selon l’Association bananière du Cameroun (Assobacam).

Cette baisse des exportations est due à l’absence de l’agro-industriel public Cdc (Cameroon development corporation) sur la liste des exportateurs, les activités de cette entreprise étant à l’arrêt depuis plusieurs mois, à cause des tensions dans les deux Régions anglophones du Cameroun, à savoir : le Nord-ouest et le Sud-ouest.

Toutefois, si l’on compare la production bananière du mois de janvier 2019 (21 497 tonnes) à celle de janvier 2018 (23 536 tonnes), on note une baisse de l’activité. Cependant, il est aussi question de noter qu’il s’agit, par ailleurs, d’une augmentation de 5892 tonnes par rapport à décembre 2018, mois durant lequel le Cameroun avait exporté 15 605 tonnes, d’après des statistiques publiées le mercredi 20 février, par l’Assobacam. Ce qui est une performance intéressante pour la filière banane après quatre mois consécutifs de baisse des exportations.

Selon les données de l’Assobacam, la société des Plantations du haut Penja (Php), filiale locale de la Compagnie fruitière de Marseille, a exporté 19 730 tonnes en janvier 2019, en hausse de plus de 2 000 tonnes par rapport aux 17 333 tonnes de bananes exportées en janvier 2018.

De même, les exportations de Boh Plantations progressent également de 600 tonnes, culminant à 1767 tonnes en janvier 2019, contre seulement 1 104 tonnes en janvier 2018.

Comme quoi, les performances des deux opérateurs sont plutôt en hausse en ce début d’année 2019.

Le cas de la Cdc, l’un des acteurs majeurs de la filière qui a une production moyenne de 16 000 tonnes par mois, s’explique tout simplement par le fait, comme signalé ci-dessus, de l’arrêt de ses exportations depuis septembre 2018, à cause de la crise sociopolitique dans les Régions du nord-ouest et du sud-ouest, où sont situées ses plantations.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here