Cameroun-litige foncier
Clovis Kontcheu, Pdg Bonamoussadi Square

(Agence de presse panafricaine) -A peine une semaine après qu’il ait délogé les exploitants de petits commerces au lieu dit Manège, sis à Bonamoussadi, sieur Clauvis Kontcheu doit désormais s’attendre à une succession de procédures judiciaires émanant de ses victimes déterminées non seulement à dénoncer les vices de forme qui lui sont imputables mais aussi et surtout le trafic d’influence dont il aura usé pour s’arroger indument l’immeuble non bâti querellé..

 

 

 

A peine une semaine après qu’il ait délogé les exploitants de petits commerces au lieu dit Manège, sis à Bonamoussadi, sieur Clauvis Kontcheu doit désormais s’attendre à une succession de procédures judiciaires émanant de ses victimes déterminées non seulement à dénoncer les vices de forme qui lui sont imputables mais aussi et surtout le trafic d’influence dont il aura usé pour s’arroger indument le terrain querellé.
Sans décision de justice aucune, Clauvis Kontcheu aura réussi la prouesse de faire déguerpir sans condition ses occupants constitués en majorité des femmes de leurs seuls biens et de compromettre à l’occasion leur avenir.

 

Récidiviste

 

Il ressort de nos investigations que sieur Kontcheu Clauvis, n’est pas à son premier forfait, c’est de la même manière qu’il aurait acquis au petit terrain de Bonamoussadi, l’espace sur lequel il a bâti son immeuble baptisé B’ssadi Square, qu’il exploite depuis plusieurs années. Sur cet autre terrain situé dans le même arrondissement et dans le même quartier, il envisage ériger la barrière de l’immeuble en construction qui abritera le grand centre commercial du coin, baptisé B’ssadi galerie.
En rappel, c’est le 06 octobre qu’il avait engagé des menaces à l’encontre des occupants (tenanciers de débits de boisson, de restaurants et autres petits commerces) de ce terrain, avant de passer à l’acte le 13 octobre 2020 à travers les gros bras accompagnés d’éléments des forces de l’ordre qu’il a recrutés pour la sale besogne, clamant sa proximité avec les hautes personnalités de la République qui le protégeraient grâce à l’épaisseur de son portefeuille. Fort de ces arguments, il ne fait point de doute que cet acte est rédhibitoire à plus d’un titre car participant autant de passe-droit que de trafic d’influence aussi longtemps qu’il ne détenait point, au moment des faits d’acte juridique l’y autorisant.
Et c’est fort à propos que madame Fosso Sabine propriétaire d’un container 40 pieds qui faisait partie des victimes de ce dernier croit faire prévaloir l’autorisation spéciale d’occupation de la commune d’arrondissement de Douala 5è pour la restauration de son droit sur la parcelle qu’elle exploitait jusqu’alors, non sans évoquer les violences inouïes qu’elle subit à l’occasion qui ouvrent droit à réparation conséquente, voire assortie de dommages et intérêts, surtout qu’elle n’avait jamais été notifiée par une autorité compétente, et encore moins par son bourreau, Clauvis Kontcheu.  Et comme l’ont dit en cœur ses victimes, nulle doute que l’heure est venue  pour ce monsieur de payer le prix fort pour tous ses torts causés à d’honnêtes citoyens avec la complicité de ses amis haut placés dont un gouverneur de région en fonction.

 

 

 

Hermine Yeye pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here