Cameroun : Malgré l’arrestation du Pr Maurice Kamto Les manifestions du Mrc du 02 février prochain sont maintenues

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est ce qui ressort d’un communiqué rendu public hier, par le premier vice-président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc),  Mamadou Mota.

Après l’enlèvement du Président Maurice Kamto et des cadres de son parti,  par des éléments armés du régime Biya, dans la nuit de lundi, ainsi que l’arrestation de ses militants, lors des marches dites « blanches » et pacifiques du samedi 26 janvier dernier, le Mrc n’entend pas céder au découragement. Le Plan de résistance nationale  contre le hold-up électoral d’octobre 2018 ;  les mouvements de protestation contre les violences et l’exacerbation des tensions en régions anglophones ;  l’impunité à l’égard des auteurs de malversations ayant émaillé l’organisation de la Can 2019 manquée au Cameroun ; vont se poursuivre conformément au plan d’action préétabli à cet effet. Comme quoi, ce plan demeure plus que jamais d’actualité. par Ngom Marie

Ci-dessous l’intégralité du communiqué du n° 2 du Mrc

Les circonstances actuelles de la vie politique de notre nation n’appartiennent qu’à une dictature : tirer sur des manifestants les mains nues, kidnapper les opposants, humilier les voies discordantes, etc.

La nuit dernière, le gouvernement de Biya, après avoir tiré, sans nécessité sinon celle de tuer, sur 4 de nos amis politiques, fait  emprisonner plus de 200,  a kidnappé nuitamment le président national le Pr Maurice Kamto ainsi que les alliés autour de lui.

En cette circonstance de provocation ultime, et compte tenu de l’urgence qui s’impose, tout militant du Mrc, où qu’il se trouve, est appelé a poursuivre le « Plan national de résistance ». Le 2 février est le prochain jour de « la marche blanche ». Habillons-nous en blanc et marchons !

J’appelle au calme, à la sérénité et à l’esprit de combat. Cet esprit est patient, tempéré et pérenne, tant que ce que nous défendons n’est pas obtenu.

Nous faire emprisonner, nous humilier, et nous torturer fait partie et est intégré à la lutte.

Ne vous hâtez pas à répondre à la provocation, il n’y a pas d’impuissance dans une république.

Le directoire a appelé au calme, mais le « Plan de résistance » demeure d’actualité. Le combat sera aussi long que ceux-là continueront a détruire la nation. Il vient juste d’entrer dans sa phase qui nécessite l’engagement de tous.

Le mot d’ordre est l’écoute, la vigilance, et la fermeté.

It’s just the beginning, the road is rocky it’s why our commitment is desired now.

Mamadou mota 1er vice président Mrc


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Cameroun: Entre 2014 et 2018, la dette publique a augmenté de 3 405 milliards Fcfa

Read Next

Cameroun : Arrestation de deux journalistes Le Snjc, l’Asjc, et Rsf exigent la libération immédiate de David Eyengué et Théodore Tchopa

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *