Cameroun : Marche du Mrc du 26 janvier 2019 Des blessés par balles parmi les manifestants

Partagez
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

Les militants et sympathisants du Mrc(Mouvement pour la renaissance
du Cameroun) ont répondu à l’appel de leur leader Maurice Kamto,
annonçant la relance, dès le 26 janvier 2019 dans plusieurs villes du
Cameroun, des mouvements de revendications pacifiques.
Malheureusement, ils ont fait face à une répression policière
particulièrement violente, avec l’usage de gaz lacrymogènes,des flash-ball, voire de
balles réelles. Bilan : des blessés, des arrestations…
A l’origine, une marche dite « marche blanche », qui s’est déroulée le 26
janvier 2019, sous l’égide d’une marche pacifique, sur fond de slogans :
« Non au hold-up électoral », « Non au pillage des fonds publics de la
Can 2019 », « Non au hold-up de la paix au Noso (Régions du Nord-
ouest et du Sud-ouest, ndlr) »…, pouvait-on lire sur les pancartes et les
banderoles. Quatre villes se sont particulièrement impliquées dans cette
descente de militants et de sympathisants du Mrc, notamment Yaoundé,
Douala, Bafoussam, Mbouda.
La marche à peine entamée, la réaction des forces de maintien de
l’ordre ne s’est pas faite attendre à Douala. La répression a été de taille
et les dégâts aussi. Grièvement blessés au niveau de leurs jambes

respectives, Célestin Djamen et sa camarade Ndoki, deux cadres du
Mrc, ont été transportés à l’hôpital pour des soins intensifs.
Selon une source sécuritaire ces blessures ont été occasionnées par
« des balles blanches qui permettaient de maîtriser les manifestants
violents ». Mais quant au gouvernement, il est catégorique : «les forces
de l’ordre n’ont fait usage d’aucune arme à feu à Douala, toute
information contraire est de la pure manipulation», a assuré le ministre
de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji.
Selon le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi, ce
comportement des forces de maintien de l’ordre, vient du fait que
certains participants à cette marche illégale, se sont montrés agressifs.
Au point de défier les forces de sécurité, en particulier à Douala. Par
conséquent, « faisant montre de maîtrise et de professionnalisme, les
forces de maintien de l’ordre ont dû procéder à des mises en demeure
(…) non suivies d’effets de la part des manifestants » souligne-t-il.
Pourtant, selon les témoins, il s’est bien agi des balles réelles, tirées sur
des contestataires aux mains nues, qui ne portaient aucun objet
dangereux.
Selon les sources officielles, délivrées par le ministre de la
Communication, 42 personnes ont été appréhendées à Bafoussam, 62
à Yaoundé, 13 à Mbouda, et 7 personnes ont été ramenées au siège du
Mrc à Douala, sis au quartier New-Deido.
Pour ce qui est des personnes blessées, on a enregistré 06 à Douala
dont deux responsables du Mrc. par Rose Odile OHO


Partagez
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
    Partages
Read Previous

Soudan du Sud: Le gouvernement tend les mains

Read Next

Paris : Ambassade du Cameroun Les prestations consulaires suspendues

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *