Cameroun Mouvement d’humeur à Sangmelima : Le maire met les uns et les autres en garde

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) Interviewé sur les antennes de Radio Colombe, un média local, André Noël Essiane recadre ses concitoyens et donne de nouvelles directives dont, voici un extrait

« Retenez que chaque personne qui vient habiter avec nous dans cette ville est appelée à y demeurer à son aise si elle le souhaite. Les expressions telles que autochtones et allogènes n’ont pas de sens en ville; ici on parle d’habitants, de citadins.

C’est dans les villages qu’on peut parler d’autochtones. Cela dit, je puis vous assurez que Sangmelima et Zoétélé (entre autres) seront désormais cosmopolites jusqu’à la fin des temps. 

On parlera juste des “originaires de…, mais les autres seront/sont aussi chez eux. Accueillons-les fraternellement selon que nos mœurs nous l’enseignent, et comme nous l’avons toujours fait, au delà des récents incidents fâcheux.

À nos compatriotes originaires des autres régions, chers frères, nous vous avons fièrement accueillis depuis plusieurs décennies dans notre localité, vous connaissez notre hospitalité; mais de grâce, comme on vous a accueillis comme nos frères, avec amour, nous vous prions en retour de faire de même envers nous, pour le développement d’une vie commune dans l’amour, et non de vous comporter de manière anarchique, et méprisante des traditions et modes de vie locaux. Il est inadmissible que nous vous respectons, sans vous chercher d’histoires, et vous en retour, vous provoquez les problèmes et vous vous comportez comme des gens qui sont de passages. Cette ville nous appartient tous!

Concernant le meurtre ayant conduit à ces malheureux événements, je refuse qu’on stigmatise une communauté (Bamun) sous prétexte que les assassinats sont son apanage. Le banditisme n’est pas la propriété d’une communauté mais un mal qu’on trouve partout; on trouve des assassins chez les Bulu, chez les Bamiléké, chez les Hausa, chez les Bamun, etc.

Arrêtons la stigmatisation et consolidons notre paix sociale… ».

Par N.R.E App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Burkina Faso : Les habitants de la commune de Tongomayel chassés de chez eux

Read Next

Clergé catholique : L’Eglise vit pendant que Mgr Tonye Bakot se meurt

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *