Conférence Internationale de l’Unesco sur l’Eau : Comment démontrer que l’eau est une force motrice de la paix et du développement durable ?

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( Agence de presse panafricaine ) C’est l’un des objectifs visés par les assises qui s’ouvrent ce jour, au siège de l’Unesco sous le thème : « Mettre à profit la gestion transectorielle des ressources en eau, pour faire avancer une sécurité de l’eau et une paix durable »

Il sera par ailleurs question, pour les ministres, venus d’une quarantaine de pays, des experts, des chercheurs, des représentants de la société civile, du secteur privé et des organisations internationales de :

–         Rassembler tout le monde autour de la table pour discuter des approches transectorielles pour la gouvernance et la gestion des ressources en eau.

–         Lancer un Appel à l’Action pour encourager, embrasser et adopter le principe d’une gestion transectorielle de l’eau.

–         Partager les bonnes pratiques assurant la participation, la transparence et le partage d’informations.

–         Donner des preuves de l’importance de l’interdisciplinarité et de l’intégration des sciences pour soutenir les Etats Membres dans leur atteinte des objectifs des agendas internationaux liés à l’eau.

Contexte

Presque toutes les activités humaines sont dépendantes de l’eau, qu’il s’agisse de la production d’aliments ou d’énergie, de l’industrie, ou encore des loisirs. Vue depuis l’espace, la planète est bleue. Elle est en outre caractérisée par ses abondantes masses d’eau. Et pourtant, l’eau douce utilisable représente moins de 1% de ces ressources.

En plus, il est évident que la gestion et la gouvernance de ce précieux liquide ont une forte incidence sur la santé des hommes et des écosystèmes. Celle-ci  reflète en plus les conditions d’égalité des genres, d’éducation de diversité culturelle d’une région donnée. Il est dès lors évident que les ressources en eau sont essentielles au développement durable de même qu’à la réduction de la pauvreté.

Ce sont ces raisons et bien d’autres qui ont amené, une fois de plus, l’UNESCO à convoquer les différentes parties prenantes ainsi que des partenaires, afin qu’ensembles, ils puissent partager des solutions innovantes aux problèmes actuels. Grace à son expérience et son expertise dans les domaines de l’éducation, des sciences à la fois naturelles, et sociales et humaines, de la culture et de la communication, l’UNESCO propose des approches holistiques et durables qui vont permettre de résoudre les problèmes liés à la gouvernance et la gestion de l’eau.

Pour Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, « L’accès à l’eau n’est pas uniquement une affaire de développement. C’est surtout un droit fondamental et un instrument de paix et de sécurité dans le monde ». Les résolutions qui seront prises à l’issue de cette première conférence vont donc permettre aux différents gouvernements d’anticiper et, de proposer des solutions innovantes aux problèmes liés à la gouvernance et à la gestion de cette ressource fragile.

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Politique : Cabral Libii est désormais le Président du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale

Read Next

Soudan : Les citoyens exigent un gouvernement civil

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *