(Agence de presse panafricaine) -En ligne de mire de la présidentielle de 2021, à laquelle le président Denis Sassou-Nguesso devra prendre part selon la Constitution en vigueur dans le pays, sa formation politique le Parti congolais du travail (PCT) tient son cinquième congrès du 27 au 30 décembre. Autre enjeu de cette messe du parti au pouvoir, miné par des dissensions depuis son dernier congrès de 2011, la désignation d’un nouveau secrétaire général.

A la clôture du congrès qui s’ouvre ce vendredi il y aura une motion de soutien au président Denis Sassou-Nguesso dans la perspective du scrutin présidentiel de 2021, prévient un analyste politique. Toutefois, ce cinquième congrès du PCT, un parti qui cumule à lui seul plus de quarante ans de pouvoir, était initialement prévu en 2016. Mais, des dissensions seraient apparues au sein de cette formation qui a frôlé une refondation en 2006. Une opinion a longtemps présenté le camp du secrétaire général sortant Pierre Ngolo, en place depuis 2011, et celui de Denis Christel Sassou-Nguesso, fils du chef de l’Etat et député à l’Assemblée, comme deux camps diamétralement opposés. Pierre Ngolo également président du Sénat ne sera pas candidat à sa propre succession au nom du refus du cumul.

App

Tandis que Denis Christel Sassou-Nguesso, très impliqué dans les préparatifs du congrès, est vu comme un potentiel candidat à sa succession, renforçant ainsi les batailles en filigrane entre ces deux cadres du parti. Est souvent cité aussi pour diriger le secrétariat général du PCT, le nom de Pierre Moussa, 78 ans, fidèle parmi les fidèles du président congolais, ministre d’Etat jusqu’en 2012. Il est sans poste depuis qu’il a quitté la Commission de la CEMAC en 2017. nul doute que la salle des Congrès de Kintélé qui l’abrite fera le plein d’œuf eu égard à la flopée d’invités et congressistes qui y sont attendus.


Par Nyobe Nyobe App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here