(Agence de presse panafricaine) Florence Parly ira ensuite au Mali, pays dans lequel un soldat français de l’opération antijihadiste Barkhane, a perdu la vie il y’a quelques jours.

« Ce voyage se tient dans un contexte sécuritaire extrêmement difficile », a déclaré la ministre dans l’avion l’emmenant à N’Djamena, où elle doit rencontrer dans les prochaines heures, le Président Tchadien Idriss Déby Itno, ainsi que le général Pascal Facon, nouveau commandant de la force Barkhane qui mobilise 4.500 militaires français dans la bande sahélo-saharienne.

Les conditions du décès du soldat français et de plusieurs autres victimes  

Le brigadier français Ronan Pointeau a trouvé la mort samedi dernier, dans le nord-est du Mali, près de la frontière du Niger, au lendemain d’une attaque dans la même région contre une base militaire malienne qui a fait 49 morts.

Un acte terroriste revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), de même que l’attaque la veille contre la base des forces armées maliennes (FAMa).

Il est important de rappeler que les violences de ces groupes terroristes persistent dans le nord du Mali, six ans après l’intervention militaire française Serval. Elles se sont propagées vers le centre du pays ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins, se mêlant souvent à des conflits intercommunautaires qui ont fait des centaines de morts.

Par Ricci Eyock App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here