côte d'ivoire
(Agence de presse panafricaine) -Continent en voix de développement, l’Afrique connais des dysfonctionnement sociaux-économiques et des maux dans son système éducatif licence Master Doctorat (LMD) dont l’adaptation est difficile chez les étudiants. Lesquels défis restent à relever malgré les efforts gouvernementaux.
A cet effet, le 2e Congrès ordinaire de la confédération estudiantine et scolaire de l’Afrique (CESA) s’est tenu le  vendredi 27 août 202, à l’université Félix Houphouët-Boigny de  Cocody.  Cette rencontre visait à permettre à la la jeunesse scolaire et estudiantine de  répondre au défi continental. Face aux congressistes, Assis Fulgence Assi dit AFA, secrétaire général sortant de la CESA a d’abord exprimé sa gratitude à tous ceux qui ont rendu cette réunion possible avant d’aborder  les challenges  auxquels la jeunesse Estudiantine et scolaire est confrontés. «Les défis à relever sont nombreux. La mobilité des étudiants, le système Licence Master Doctorat (LMD), la question du terrorisme et de la cohésion sociale, l’immigration clandestine sont quelques problématiques auxquelles font face la jeunesse scolaire et universitaire. Nous en avons pris conscience. Il faut donc une  jeunesse dynamique car nous voulons une Afrique nouvelle», a déclaré le général AFA.
Pour lui,  il faut une jeunesse forte, responsable pour pouvoir mettre fin à ces différents fléaux qui empiètent sur l’Afrique.Poursuivant, il a dévoilé qu’il est très fier de voir les camarades actifs tout en espérant que ceux-ci feront mieux qu’eux en tant qu’ancienne génération. En outre,il a indiqué  qu’en tant que secrétaire général sortant, il espère que la nouvelle génération fera mieux que lui Et d’ajouter «nous sommes des médiateurs qui intercèdent entre élèves, étudiants et autorités lors des crises». Allah Saint-clair dit makélélé, secrétaire général de la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), a fait savoir à son tour  que,  les États africains doivent se mettre ensemble en se hissant sur l’objectif principal afin d’aboutir au bien être des élèves et étudiants. «Les États Africains doivent se fédérer pour atteindre ensemble des objectifs qui vont dans le sens de l’amélioration des conditions d’étude en Afrique en créant des laboratoires de réflexion afin de trouver des solutions durables», a-t-il suggéré.
Déclarant ouverte ce rassemblement qui s’est tenu  du 27 au 29 août 2021,, Eugène Djué, Représentant de Kouadio Konan Bertin, ministre de la réconciliation Nationale a appelé les élèves et étudiants à vivre dans la cohésion sociale. Pour rappel, la confédération estudiantine et scolaire de l’Afrique (CESA) est l’Association des Fédérations Estudiantine et Scolaire de chaque pays africains qui lutte pour les droits des élèves et étudiants. 35 pays son adhérents mais en raison de la Covid19, 06 pays ont répondu présent à ce rendez-vous. Notamment, La Côte d’Ivoire, le  Bénin,  le Burkina Faso, la Guinée Conakry, le Niger et le  Ghana.
 Esmé Mey, stagiaire APP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here