(Agence de presse panafricaine) -Le mercredi 30 juillet 2020, le Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la paix (RHDP) avait tenu son premier conseil politique après le décès de feu le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, en vue de désigner son candidat à la présidentielle du 31 octobre prochain.

 

 

 

 

Le Sofitel Hôtel Ivoire (Abidjan),  complexe choisit pour abriter cette rencontre  a accueilli un grand nombre de personne depuis l’apparition de la Covid-19 en Côte d’Ivoire. Ils étaient venus de toutes les régions du pays prendre part à ce rendez-vous politique important. Élus, (maires, députés, sénateurs, présidents de conseils régionaux, conseillers économiques, sociaux, environnementaux et culturels), les instances du Parti, les femmes et les jeunes,  ne voulaient se faire conter cet événement. Ce jour-là à notre arrivée, la place choisie à l’esplanade du complexe hôtelier pour suivre le Conseil politique à travers l’écran géant, ladite rencontre était déjà suivie par de nombreux militants. Nous accédons par la suite dans le hall du palais des congrès. Quelques minutes, nous apercevons le secrétaire exécutif du RHDP, Adama Bictogo  qui demande poliment aux élus qui cherchaient  à accéder à la salle du conseil politique à partir de l’entrée Ouest, de se rendre plutôt à la porte Est vu l’affluence qui s’y trouvait. En moins d’une minute, après présentation de nos accréditations, nous entrons finalement dans ce lieu où le président Alassane Ouattara communiera avec les siens pour la première fois après le malheur qui a frappé ce parti et la Côte d’Ivoire toute entière.

Le vénérable sénateur Germain Ollo, vice président du sénat
(Premier a réagir)

La joie se lisait sur le visage des participants. Tous voulaient accorder une interview à la presse qui circulait entre les couloirs de cette somptueuse salle. Le vénérable sénateur Germain Ollo, Vice-président du sénat à qui nous avons tendu notre micro ouvrit le bal des réactions :   «Le conseil politique a pour mission de porter la voix globalement de toutes les expressions. Chaque mouvement ‘étant exprimé sur celui qui pourra être notre candidat le 31 octobre prochain suite au décès de notre regretté premier ministre Amadou Gon Coulibaly, il est bon pour nous de mettre toutes ces expressions ensemble pour dire au Président de la République, que le moment d’attente est très court.  Aujourd’hui nous n’avons pas le choix, il est le cheval qui peut faire gagner notre parti et donc nous sommes venus lui demander officiellement d’être notre capitaine à l’échéance du 31 octobre pour la paix, et la stabilité de son peuple qu’il aime tant. Notre candidat Amadou Gon  n’est plus et ce n’est pas à quatre mois de l’élection qu’on peut stimuler une candidature. Donc nous lui demandons de faire violence sur lui-même, d’accepter d’être candidat.  Aujourd’hui, ce n’est  pas ce que nous avons fait, nous avons préparé une personne et Dieu en a décidé autrement, mais il est important que la vie au RHDP avance. Voilà», a indiqué le représentant des populations du  Sud Comoé au Sénat.  Dans la même veine, Ali Ouattara, président national des jeunes cadres du RHDP a laissé entendre que ce conseil est exceptionnel. Parce qu’il  se tient après la difficile épreuve que notre parti a connue.  «Nous sommes à ce conseil  avec le cœur meurtri, qui devrait être un lieu pour lancer la campagne du feu premier ministre Amadou Gon Coulibaly, mais par la force des choses, aujourd’hui nous sommes venus pour implorer le président de la République Monsieur Alassane Ouattara qui est un homme de parole, de faire un ultime sacrifice, de faire violence sur lui-même en acceptant d’être candidat à l’élection présidentielle.  On ne se lève pas du jour au lendemain pour fabriquer un candidat. Le RHDP a pris 3 ans pour préparer Amadou Gon Coulibaly, malheureusement Dieu en a décidé autrement».

 

 

Unanimité autour du choix d’Alassane Ouattara

 

 

 

Justifiant sa présence à cette rencontre Aboubacar Fofana, premier magistrat de la commune de Man, ville située à l’ouest de la Côte d’Ivoire a dit la volonté de sa population de voir le Président Ouattara être à nouveau candidat à cette élection : «Il faut dire que notre commune est dans la vague des localités qui sollicitent à nouveau la candidature du chef de l’État qui sera pour ce dernier un ultime combat. S’il accepte cette sollicitation, les ressortissants de notre commune avec à leur tête tous les élus et les responsables religieux et chefs coutumiers seront les premiers heureux parce qu’il va nous apporter de l’assurance  et encore le développement», a- t- il fait savoir.

Kader Fofana, président du mouvement actions 2020

 

Cissé Abdoul Kader, le président national de la Jeunesse  Unie de la Nouvelle Côte d’Ivoire n’en dira pas autre, lorsqu’il affirme en ces termes: «Nous sommes venus dire au président Alassane Ouattara de continuer avec nous. Nous sommes avec lui depuis 2010 et nous sommes satisfaits de son travail qui est d’ailleurs très visible». Pour le  sénateur Bertin Kouadio,  par ailleurs maire de Kouassikouassikro, le décès du premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du parti a mis les militants dans une situation désemparée et donc selon lui, ils sont heureux de ce conseil politique dans lequel s’adressera le président du Parti pour accéder aux doléances de ses militants en acceptant de défendre les couleurs du RHDP à la prochaine élection présidentielle. Diomandé Adama, membre de la délégation RHDP Européenne quant à lui a confié que si le président Alassane Ouattara acceptait devant cette assemblée d’être candidat à son premier  mandat de la troisième République, ça serait une bonne chose pour la Côte d’Ivoire, non seulement sur le plan de la stabilité et de la continuité parce-que, la Côte d’Ivoire a toujours besoin de paix et la seule personne qui peut résoudre ce problème c’est le président Alassane Ouattara.

Le secrétaire exécutif Adama Bictogo

«Le président nous a proposé le candidat que nous avons accepté, adopté, adoubé au regard même des actions que le premier ministre Amadou Gon a menées en faveur des jeunes de Côte d’Ivoire, je suis bien placé pour savoir les avantages et les bienfaits que le chef du gouvernement a dû mettre à la disposition des jeunes de Côte aujourd’hui nous nous sommes retrouvés en famille pour demander au président de se présenter à la présidentielle au nom du Rhdp.  Nous savons que le président respecte sa parole donnée et son honneur. À côté de cela, il y a le devoir de préserver l’intérêt général, le président ne peut se dérober à la présidentielle du 31 Octobre prochain. Toute la jeunesse doit faire confiance au RHDP. Le RHDP, c’est la création d’emplois, c’est la stabilité, c’est la paix», a déclaré Edima N’guessan Emanuel, président du Conseil National des jeunes de Côte d’Ivoire.

Les Militants RHDP

Le vénérable Allomo Paulin, Sénateur de la Marahoué a été ferme sur le choix de la candidature de l’homme Ouattara. Selon lui, il est impossible de créer à l’heure actuelle un autre candidat. «On vient de perdre notre candidat alors qu’on est à 3 mois des élections. Celui qui est prêt déjà, c’est le président Ouattara. C’est son destin et il est toujours là pour sauver la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi nous lui demandons une fois encore de sauver la côte d’Ivoire». Conseiller spécial auprès de l’ex -Premier Ministre en charge de la jeunesse, M. Touré Souleymane a indiqué que demander au Président de la République de se représenter est une façon pour les militants et les Ivoiriens qui admirent son travail de lui rendre un vibrant hommage. A l’en croire, ce grand bâtisseur qui a métamorphosé la Côte d’Ivoire, fils de Félix Houphouët-Boigny, et Papa de feu Amadou Gon Coulibaly mérite de poursuivre l’œuvre de développement. Dans notre randonnée, nous eûmes l’occasion d’échanger avec Docteur Yao Kouman Moïse, sénateur du Gontougo qui nous accordé une interview. Il a souligné lors de cet entretien que le pays doit avoir une bonne direction car un pays se mesure à travers sa direction économique, financière et par le respect qu’il inspire.

Dr Yao Kouma Moïse, Sénateur du Gontougo

Selon lui : «avec Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire est devenue un pays très respecté. Il n’y a pas de raison pour les militants du Rhdp de le laisser partir à la retraite. Avec lui, nous devons poursuivre pour que ce travail soit apprécié des générations présentes et futures. C’est cela l’essentiel. Cette rencontre de ce soir a pour but le choix de notre candidat et nous sommes conscients du choix à faire car nous avons confiance en l’avenir». Présidant le mouvement action 2020, qui a pour but de faire la promotion des actions gouvernementales réalisées par le Président Alassane Ouattara, Kader Fofana a conclu la série des réactions faites avant l’entrée triomphale du Président de la République au palais. «Nous sommes venus écouter notre président Alassane Ouattara. Voyez-vous le Directeur exécutif Adama Bictogo est en train de faire un excellent boulot. Il a mobilisé pratiquement tout le parti pour un seul objectif. La victoire, rien que la victoire du Rhdp».

Edima N’Guessan Emmanuel, président du Conseil National des jeunes de Côte d’Ivoire

 

Et le seul choix pour nous c’est le président Alassane Ouattara. C’est lui seul qui nous amener à une victoire certaine au soir du 31 octobre prochain. Aujourd’hui comme vous le voyez toute la jeunesse est mobilisée pour demander au Président d’être candidat. Car il a permis à notre pays de retrouver les rails du développement. Il a par la suite permis à notre pays d’être plus responsable et d’avoir des cadres ambitieux , a précisé Kader Fofana. En réponse à ces nombreux appels des cadres, des militants, de tous les organes et structures du parti à le voir briguer  un autre mandat,  le président Ouattara a dribblé ceux-ci, en ne disant ni oui ni non face à ces sollicitations lancées en chœur par ses partisans. « Je vous demande de continuer d’avoir une pensée pour Amadou Gon Coulibaly et de me laisser le temps de recueillement et de récupération avant de vous donner une réponse très prochainement », a-t-il indiqué. Un grand coup de froid dans la salle.    Dans notre prochain article concernant ce Conseil Politique,  nous vous  ferons vivre en détail le choc que les militants ont eu après que le président Alassane Ouattara ai demandé du temps pour donner sa réponse à l’appel de ses militants qui souhaitent le voir à nouveau  candidat à la présidentielle.

 

 

 

 

 

Stéphane Beti correspondant (App) Côte-d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here