image exclusif App

(Agence de presse panafricaine) -La Côte d’Ivoire est en deuil.  Elle vient de perdre un de ses illustres fils au moment où personne ne s’y attendait. La grande faucheuse a frappé le pays de la fraternité ce mercredi 08 juillet 2020, alors que celui-ci s’apprête cette année à se rendre aux urnes pour élire un nouveau président, élection pour laquelle le défunt était du reste candidat pour le compte du RHDP. 

 

 

 

Pris d’un malaise au cours  du  Conseil des ministres,  le Premier ministre ivoirien  a été évacué d’urgence à la clinique SAINTE MARIE (Pisam), où il a été immédiatement pris en charge par le personnel médical de cet établissement hospitalier de pointe, le chef du gouvernement ivoirien  a  par la suite succombé à cette énième crise.  Après un séjour de deux mois en France pour des raisons médicales,  il  avait rejoint  son pays le 2 juillet dernier où il a été accueilli par le chef de l’État Ivoirien et son épouse à l’aéroport en présence des membres du gouvernement qui n’ont pas voulu se faire conter son arrivée ce jour-là. Le candidat du parti au pouvoir (RHDP) à la  présidentielle du 31 octobre prochain la suivra depuis le monde invisible là où il se trouve présentement. Le Président de la  République Alassane Ouattara et son gouvernement ont pris d’assaut la clinique Sainte Marie aux environ de 17 heures, heure à laquelle  a été transféré celui que les Ivoiriens appellent le “Lion”.

La Côte d’Ivoire est en deuil

Dans le visage du chef de l’État se lit une grande tristesse. Il se déplace lentement et prend la direction du lit mortuaire de l’ex premier ministre Amadou Gon situé  au deuxième étage de la dite clinique. Ses collaborateurs quant à eux attendent le garant de la constitution ivoirienne au bas de l’immeuble les yeux remplis de larmes. Qui donc expliquer cette disparition de ce grand commis de l’Etat. C’est une journée noire pour la Côte d’Ivoire qui vient de perdre l’un de ses dignes et valeureux fils.  La consternation est générale. Le chef de l’État se retirera au tour  de 18 heures en  laissant  la charge au ministre de la santé et l’hygiène publiques Dr Eugène Aka, de remplir les formalités administratives pour le transfert du corps de l’ex  premier ministre à l’ivoirienne de sépulture (Ivosep) d’Abidjan-Treichville. Il  est  rejoint  minutes plus tard  par  Adama Bictogo directeur général exécutif du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

 

Compassion et Procession

 

Le corps sans vie du lion quittera la Pisam  finalement sur les coups de 18h 58 minutes à bord d’un corbillard de luxe de couleur blanche pour Treichville où il se reposera dans cette morgue  en attendant la date officielle pour son ultime adieu à la nation.  Un calme constaté par notre équipe dans la  capitale politique ivoirienne (Abidjan). Hier soir  aux environs de 20 heures, le rond- point de Cocody saint jean (commune où il résidait)  était méconnaissable, on dirait les heures proches des différents couvre-feux que le pays avait vécus dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. À 18h30,  en compagnie de son épouse Dominique Ouattara, le Président de la République Alassane Ouattara,  a bord du volant de son véhicule, est  allé présenter le  traditionnel Yako (Condoléances) à la famille de Gon Coulibaly. Tous ceux qui arrivaient à sa résidence de fonction étaient priés par les services sécuritaires de se rendre au domicile de sa maman.

la résidence du “lion”

Il est 19 heures lorsque que nous arrivons à Cocody-Deux plateaux où réside la génitrice de feu  Gon Coulibaly. Arrivés sur les lieux, ce qui tire notre attention, ce sont les véhicules cylindrés de toutes marques stationnés qui longent le domicile de Maman Gon Coulibaly.  Nous descendons de notre véhicule pour vivre l’émotion intense qui anime les hôtes de la famille Gon.  À l’intérieur, nous apercevons le président de l’Assemblée nationale Amadou Soumahoro, assit aux côtés du représentant du chef de famille. Les ministres du transport, du commerce, des Mines et de l’énergie sont également aperçus sans oublier le défilé des cadres de son parti aussi bien des partis alliés que ceux de l’opposition.

le correspondant de l’App sur le terrain

 

Les opérateurs économiques ne manqueront pas à l’appel de cette disparition. La famille Gon ne se sent pas seule à travers ces nombreuses présences venues lui témoigner compassion.  Quelques minutes plus tard,  nous entendons  les pleurs des femmes venant d’une pièce de la résidence. À la suite de ces pleurs, on aperçoit des hauts dignitaires de ce pays se fondre en larmes. Le directeur général de la Cnps était méconnaissable à travers de chaudes larmes.

image d’App

«La mort pourquoi es-tu si lâche ?»  lança en coulisses le payeur général de Côte d’Ivoire. Il est 20h 30, lorsque nous prenons congé du domicile de la mère du regretté Gon Coulibaly.  Ce matin on lit à la une de tous les journaux ivoiriens l’annonce du décès de ce grand bâtisseur. Les lecteurs communément appelés ici les tritrologues restent sans voix. Dans nos prochains articles, nous vous proposerons les réactions des ivoiriens après cette lourde disparition de leur chef du gouvernement, dont le décès subit pourrait également bouleverser les candidatures de la présidentielle annoncée puisque le RHDP devra investir incessamment un nouveau candidat à défaut pour lui de faire du rétro pédalage en jetant son dévolu sur le néo retraité politique Alassane Ouattara.

 

 

Stéphane Beti pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here