Côte d'Ivoire Funérailles traditionnelles
Issa Coulibaly , chef du canton de Korhogo
(Agence de presse panafricaine) -Depuis hier, les régions participent aux obsèques de feu Amadou Gon Coulibaly dans la pure tradition Senoufo. Après le Tchologo et la Bagoué, c’est autour du département de Korhogo d’exprimer, ce vendredi 9 avril 2021, sa reconnaissance et son attachement à son défunt fils.
Conduite par le maire Lanzeni Coulibaly, la délégation des cadres, élus et leaders du département de Korhogo au grand complet a pris d’assaut la place Gbondala pour cet hommage. Certains d’entre eux dont l’honorable Silué Souleymane , député de Napié, ont expliqué le sens de ces funérailles. «Amadou Gon Coulibaly, était un amoureux de nos traditions. Aujourd’hui, c’est tout le Poro qui lui rend hommage. Tous nos ancêtres ont eu des funérailles comme celles qui se tiennent actuellement. Toutes les régions du pays défilent à Korhogo depuis 10 jours pour lui rendre hommage. C’est la preuve que Amadou Gon Coulibaly était vraiment aimé. Son départ est une grande perte pour nous», a t-il réagit.
Funérailles traditionnelles
l’honorable Silué Souleymane , député de Napié
Ces funérailles qui ont démarré le 31 mars dernier, prendront fin le dimanche 11 avril 2021. Elles se déroulent en présence de toute la grande famille Gbon Coulibaly et sous la haute autorité de Issa Coulibaly , chef du canton de Korhogo et  Premier vice-président de la Chambre des rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.
Côte d'Ivoire
Les têtes couronnées de la région du poro
Les Sénoufos considèrent la mort comme l’événement le plus important de la vie, car il est le passage de la vie à la mort, puis de la mort à l’état de défunt et enfin du statut de défunt à celui d’ancêtre. Ainsi, lors des funérailles, les rites exécutés ont pour finalités, pour le défunt d’accéder à ce monde des ancêtres.
 Stéphane Beti, correspondant (App) Côte d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here