Côte d'Ivoire Hamed Bakayoko
Hamed Bakayoko
(Agence de presse panafricaine) -La disparition du Premier ministre Hamed Bakayoko a confirmé sa bonté légendaire et sa vision d’une Côte d’Ivoire réunie. Depuis l’annonce de son décès, les témoignages faisant l’éloge du disparu fusent de partout. Toutes les couches de la société ivoirienne et même d’ailleurs pleurent leurs bienfaiteurs.
Présent à Séguéla au petit matin du vendredi 19 mars 2021, jour marquant le retour du fils prodige de la région du Woroba auprès de ses ancêtres, nous découvrons une ville bondée de visiteurs venus du monde entier. Tous voulaient être présents pour témoigner de leur reconnaissance à ce frère, fils, patron, ami, père et leader qui n’a jamais hésité à apporter son appui dans diverses circonstances : financement de projets, frais de scolarité, obsèques, prise en charge sanitaire, naissance, baptême et sa contribution au développement de la Côte d’Ivoire. « Je ne pouvais pas être absent. Voici pourquoi je suis venu d’Abidjan avec mon frère pour accompagner à sa dernière demeure, mon ancien patron au ministère de l’intérieur et la sécurité », explique A.K, Officier de police.
côte d'ivoire
App
Osée Aloboué Gbrou, adjoint au maire de Songon est du même avis : « Notre présence est un acte de reconnaissance vis-à-vis du Premier ministre Hamed Bakayoko. Un réconciliateur, un homme d’amour qui voulait rassembler tout le monde.  À travers son décès, nous pensons que tout ce qu’il a fait comme bien sur terre, Dieu souhaite qu’il aille le poursuivre auprès de lui. C’est pour cela que notre frère qui était si bon, nous quitte si tôt. Il a travaillé avec le gouverneur Beugré Manbé, il était dans les générations Atchan. C’était notre frère. C’est pour cela que nous sommes arrivés depuis pour prendre part à ses obsèques avec des dons ». Quant à Issiaka Ouattara, député de Kong, il a exprimé la tristesse des populations de sa localité : « Tout Kong dit que la disparition du Premier ministre est prématurée. Pourquoi ? Pourquoi est-ce au moment où la Côte d’Ivoire et l’Afrique attendaient beaucoup de lui, que le bon Dieu a trouvé pour nous l’enlever ? Les grandes douleurs sont muettes. On ne peut qu’accepter la volonté de Dieu ». Le départ de la dépouille d’Hambak de la mosquée à sa dernière demeure fut l’une des étapes les plus émouvantes. « Qui va s’occuper de nous ? Tu nous laisses avec qui ?  Qui va veiller sur nous maintenant que tu t’en vas ? Non tu ne peux pas partir, dis-nous que tu n’es pas mort. Tu nous as trahis », se lamentaient les veuves et les orphelins au passage du corbillard transportant le corps de l’ex-Premier ministre d’Alassane Ouattara.
Hamed Bakayoko
Témoignage
À pied, à moto et en voiture, toute la population a convergé vers la résidence du Premier ministre Hamed Bakayoko, le lieu où il devait être inhumé dans l’intimité familiale. Mais Hamed Bakayoko appartenait-il à sa seule famille biologique ? Pour l’ensemble des populations présentes à Séguéla le 19 mars 2021, la réponse est non. Hambak appartenait à toute la Côte d’Ivoire et à l’Afrique. Aussi, ont-elles bravé tous les barrages des forces de l’ordre et les obstacles sur le chemin, pour être présentes à l’heure de l’ultime séparation avec le Golden Boy. « On veut Hambak, on veut Hambak. Hambak n’est pas mort », scandaient-elles.
A Dieu Hamed Bakayoko
Après l’enterrement, les jeunes et les femmes qui ont pris d’assaut les alentours de la résidence, ont vivement ovationné le Président Alassane Ouattara, le père d’Hamed Bakayoko, pour le réconforter. Cette reconnaissance au Premier ministre Hamed Bakayoko, s’est encore matérialisée le dimanche 21 mars 2021, à travers les hommages et les dons de toutes les régions de la Côte d’Ivoire à sa famille, au cours de la cérémonie du 7ème jour de son rappel à Dieu à la mairie d’Abobo.
Stéphane BETI, envoyé spécial à Séguéla pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here