(Agence de presse panafricaine) -Théophile Soko Waza, président de l’organisation citoyenne  «La 4è Voix»,  la voix des sans voix, était face à la presse ce samedi 04 septembre 2020 au siège de son  mouvement, où il s’est prononcé sur la situation sociopolitique ivoirienne notamment le système électoral, qui selon lui, est l’auteur des nombreuses crises que connaît le pays depuis 1960 : «Le système qui dirige la Côte d’Ivoire, partant d’Houphouët Boigny en passant par Bédié, Gbagbo et Alassane Ouattara est mauvais, car il fait du président de la République un “roi”.

 

 

 

Ce système  qui organise les élections ne rassure pas. Les différentes constitutions de la Côte d’Ivoire depuis Félix Houphouët-Boigny sont à la base de tous les problèmes du pays. Nos constitutions ont été rédigées comme une arme Politique. Toutes nos constitutions sont des armes Politiques», a constaté Théophile Soko Waza avant de faire savoir que ce système doit changer.  Ce d’autant plus que «C’est la seule alternative pour sortir le pays des nombreuses crises à répétition», a t-il conseillé. Il a rassuré que son organisation n’est pas contre Félix Houphouët-Boigny, Henri Konan Bédié, Guéi Robert, Laurent Gbagbo ni même Alassane Ouattara, mais contre le système actuel : «C’est pour cette raison que La 4è Voix, la Voix des sans Voix veut accéder au pouvoir pour opérer la rupture», a-t-il expliqué.

Théophile Soko Waza, président de l’organisation citoyenne

Justifiant sa candidature dans un système qu’il qualifie de mauvais pour son pays,  Théophile Soko Waza, a fait savoir  que  le changement du système ne peut se faire en étant hors du système. «Pour changer le système, il faut être acteur du système. Peu importe celui qui sera président, il faut que le système change».  Le porte flambeau des sans voix  à l’élection présidentielle du 31 octobre prochain, a décrié  le comportement des cadres dits catholiques du Rhdp qui ont fait irruption à la cathédrale pour répondre à Jean Pierre Cardinal Kutwa, archevêque d’Abidjan qui avait déclaré à l’endroit du Chef de l’État Alassane Ouattara qui brigue un 3e mandat alors que sa candidature n’est pas nécessaire.

La Presse

Théophile Soko Waza qui est par ailleurs un homme de Dieu, a appelé au respect des guides religieux. Selon lui, avant Alassane Ouattara, les précédents présidents ont tous été interpellés  par des hommes de Dieu. «Les religieux ont toujours pris  fait et cause pour la population. Il est important que les hommes politiques respectent les conseils des guides religieux. Leur premier souci c’est la  recherche de la paix sociale», a indiqué Soko Waza.

 

 

 

Stéphane Beti correspondant (App) Côte d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here