Côte d’Ivoire l'opposition
Henri Konan Bédié

(Agence de presse panafricaine) -Malgré les intimidations et les agressions des « microbes » pour les empêcher de prendre part au meeting, les Ivoiriens ont massivement répondu à l’appel des partis de l’opposition en prenant d’assaut le stade Félix Houphouët-Boigny, pour protester contre la candidature à un 3ème mandat du Président Alassane Ouattara. Le report du scrutin du 31 octobre, la dissolution du Conseil Constitutionnel et de la Commission Électorale Indépendante (CEI), sont autant de revendications faites par ces opposants, comme préalables avant la tenue de la présidentielle.

 

 

 

A cet effet, le message du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), Henri Konan Bédié, a été adressé directement au Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres. « Face à la menace d’agressions perceptibles des tenants du pouvoir RHDP unifié contre les personnalités de l’opposition ivoirienne et l’incapacité de la CEI d’organiser un scrutin présidentiel juste, crédible et transparent, je demande au Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Antonio Guterres, de se saisir du dossier ivoirien pour la mise en place d’un organe électoral, véritablement indépendant et crédible, avant l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020 », a-t-il déclaré.

Côte d’Ivoire     L'opposition fait le plein
Marre humaine

Henri Konan Bédié, par ailleurs président de la Coalition pour la Démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP), a indiqué que l’action de l’opposition vise à mettre fin au régime du Président Alassane Ouattara. « Chers Ivoiriens et chères Ivoiriennes, vous êtes un peuple digne qui sait résister à toute forme de dictature. Nous sommes fiers de vous. Grâce à votre détermination, la dictature du RHDP unifié sera vaincue. Elle sera vaincue dans quelques semaines. Chers Ivoiriens et chères Ivoiriennes, en mouvement! En mouvement pour une désobéissance civile réussie, pour une Côte d’Ivoire totalement libérée », a-t-il fait savoir.

Côte d’Ivoire
malgré les obstacles

 

Marcel Amon Tanoh, ex proche collaborateur d’Alassane Ouattara n’est pas passer par quatre chemins pour cracher ses vérités au régime RHDP.  « Vous savez, nous ne sommes pas venus ici, pour parler beaucoup. Le Président Henri Konan Bédié est là, Alasane Ouattara est vivant. Celui qui a fait des va-et-vient entre les deux hommes, ces dix dernières années, c’est votre serviteur.  S’il y a quelqu’un qui sait ce qu’ils se sont dit de 2011 à 2019, c’est votre serviteur. Mais le temps de parler viendra. Ce que je peux vous dire aujourd’hui, celui qui n’a pas tenu ses engagements, je le connais. Nous sommes venus ici, pour dire un seul mot. Pour dire non à Alassane Ouattara. Pour lui dire que son 3ème mandat est anticonstitutionnel. Lui-même nous l’a dit en 2016, au moment du vote de cette Constitution. Que cette Constitution ne l’autorisait pas à un 3ème mandat. Cette Constitution n’annule pas cette disposition des Constitutions précédentes.

Côte d’Ivoire
la Coalition pour la Démocratie, la réconciliation et la paix (CDRP)

Alors, il nous aurait fait mentir. Je vous le dis, il a peur de la Côte d’Ivoire plurielle. L’appel pacifique, c’est pour ne pas verser le sang des Ivoiriens. Aucun Ivoirien ne ferait à son frère ivoirien, ce qu’Alassane Ouattara nous fait. Aucun Ivoirien ne prendrait la Côte d’Ivoire en otage. Nous sommes la Côte d’Ivoire de la majorité. Nous sommes la Côte d’Ivoire tranquille. Nous sommes la Côte d’Ivoire de l’arme des forts. Le dialogue aura raison de l’arme des faibles qui est la force, ainsi que les armes, les tanks, les militaires qu’ils ont déployés dans les rues, pour vous empêcher de venir ici, mais vous êtes quand même venus. Nous faisons allusion à tous ceux qui sont dehors, qui sont aux abords du stade, qu’on empêche de rentrer, il y a une centaine de cars, venus d’Aboisso, de Bonoua, qui sont bloqués à l’entrée de Bassam. Disons-leur de ne plus avoir peur, nous sommes prêts à mourir pour notre pays. Nous sommes prêts à mourir pour libérer notre pays de la dictature d’Alassane Ouattara. Nous sommes prêts. Nous ne reculerons pas », a déclaré l’ex ministre des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh face aux Ivoiriens qui ont soutenu ses propos à travers des cris de joie et des acclamations.

Côte d'Ivoire meeting
Les militants de l’opposition

Pascal Affi N’guessan du FPI, le président de l’UDPCI, Dr Albert Mabri Toikeusse, la présidente de l’URD, Danièle Boni Claverie et le président de LEADER, Mamadou Koulibaly ont invité les Ivoiriens à tout mettre en œuvre pour empêcher une troisième mandature d’Alassane Ouattara en respectant le mot d’ordre de désobéissance civile.

 

 

Sidibé Yacouba, stagiaire (App)

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here