(Agence de presse panafricaine) -Le projet de la création des postes de Ministre-gouverneurs est de plus en plus récurrent. Si cette initiative est porteuse d’espoir parce que venant renforcer la décentralisation, c’est dans le choix des hommes qui vont permettre la réalisation de ce projet que les Ivoiriens attendent le Président de la République.

 

 

La rumeur sur le projet de création des postes de ministres-gouverneurs s’est dissipée pour devenir réalité. Le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Général Vogondo Diomandé a bouclé le projet et l’a présenté en conseil des ministres. Lors de son dernier conseil des ministres, tenu le 9 juin 2021, le président ivoirien Alassane Ouattara a entériné l’information en annonçant la création de 12 nouveaux districts autonomes. « Le district est le premier niveau d’administration du découpage territorial. C’est en exécution de la politique de décentralisation et de développement local », a expliqué le chef de l’Etat. Dans le cadre de la politique de décentralisation, ce projet vient à point nommé. Car il permettra de renforcer cette politique de centralisation et surtout permettre une bonne redistribution des ressources allouées aux collectivités territoriales. Les trente et une (31) régions de la Côte d’Ivoire seront réparties entre douze (12) districts. Certains districts couvriront trois (3) régions, d’autres quatre (4) régions etc… Tout dépendra de la superficie des régions à couvrir. Même s’il y aura de petits détails à gérer comme la séparation des pouvoir d’avec les conseils régionaux et les préfectures de région, les postes de Ministre-gouverneur apporteront un plus pour une meilleure gestion des collectivités territoriales. « L’objectif est de renforcer le maillage territorial. Nous voulons aller plus loin pour que l’ensemble du territoire national puisse avoir des districts, des ressources affectées, transférées et que tous les projets soient suivis, exécutés afin de pouvoir dire en 2025, que la Côte d’Ivoire a atteint ses objectifs », a indiqué Alassane Ouattara.

 

Mais là où le bas blesse, c’est dans le choix des personnes qui vont occuper ces postes de ministre-gouverneur. Selon le communiqué du conseil des ministres, ces districts seront dirigés par des personnalités qui seront nommées en tant que ministres gouverneurs. Le choix de ces gouverneurs sera porté sur de hautes personnalités, des cadres expérimentés du pays, ayant une proximité avec les populations et étant originaires chacun d’un des districts qu’ils seront appelés à diriger. Depuis cette annonce, on assiste à un ballet des anciens ministres déflatés du nouveau gouvernement Patrick Achi. Ces derniers multiplient les actions pour séduire le Président Ouattara et le premier ministre Achi afin de se voir nommer comme ministre-gouverneur. C’est l’erreur que le Président Alassane Ouattara et son premier ministre ne doivent pas faire. Car un tel acte tuerait ce projet avant même qu’il ne voit le jour. Et cela pour diverses raisons.

 

Primo, que peuvent encore apporter ces ministres que les Ivoiriens ne connaissent pas. Depuis des années, ces derniers occupent des postes ministériels pour montrer aux yeux du peuple ce dont ils sont capables. D’aucuns ont surfé sur des résultats mi-figue mi-raisin. Leur sortie du gouvernement est la preuve qu’ils n’ont pas répondu aux attentes de leurs mandants. Sinon, les Ivoiriens étant habitués à des gouvernements pléthoriques, ne seraient pas étonnés de leur maintien. Les Ivoiriens n’espèrent plus grand chose de ces derniers.

 

Secundo, le Président Ouattara doit éviter le piège de la frustration. En effet, dans les différentes régions qui seront regroupées pour constituer les districts, il y a d’autres cadres valables qui ont les compétences pour assumer cette fonction de ministre-gouverneur. C’est une bonne opportunité pour le chef de l’Etat de promouvoir ces autres cadres. C’est une aubaine pour le président Ouattara de montrer aux yeux du monde que hormis ces personnes que l’on voit toujours, son parti, le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix dispose d’autres cadres valables, capables de relever de l’aider à réussir sa nouvelle vision pour la Côte d’Ivoire. Sinon il donnera raison à ses détracteurs pour qui, à part ceux que l’on connaît, le RHDP ne dispose pas d’autres cadres de valeur. Comme si ces ministres doivent toujours rester dans les méandres du pouvoir au détriment des autres cadres qui dans le secret travaillent pour l’implantation du RHDP dans leurs localités. Le temps est venu d’essayer d’autres cartes.

 

Tercio, le Président Ouattara doit désormais faire avec le peuple. Si depuis longtemps, le message du chef de l’Etat passe difficilement au sein des populations dans plusieurs localités, c’est parce qu’il a fait de mauvais choix en misant sur des mauvaises personnes. Il en a eu pour preuve les sanctions que lui ont infligées ces populations lors de l’élection présidentielle et des élections législatives. Des élections au cours desquelles des milliards ont été mis à la disposition de ces cadres qui pourtant n’ont réussi à convaincre les populations. Plusieurs de ces ministres sont vomis et ont été sévèrement sanctionnés par les populations lors des élections législatives du 6 mars dernier. Va-t-on encore imposer à ces populations, ces cadres pour les narguer en nommant des personnes, qui, depuis des années, traînent leur bosse dans les différents gouvernements sans apporter une valeur ajoutée à la politique de développement de la Côte d’Ivoire ?

 

Pourtant, aujourd’hui il y a des personnes dans ces régions en qui les populations se reconnaissent. Des cadres qui sont écoutés et qui ont un lien fort avec les populations. Ne serait-il donc temps que Alassane Ouattara nous sorte des personnes neuves ? Que le chef de l’Etat trouve de nouvelles personnes pour lui servir de lien entre lui et les populations. Les autres ont totalement échoué. Ce qui a d’ailleurs valu leur départ du gouvernement.

 

 

Eugène YOBOUET, (cp) pour (App) Côte d’Ivoire

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here