(Agence de presse panafricaine) -Les artistes de Côte d’Ivoire trouvent injuste les mesures imposées par leur Gouvernement dans la lutte contre le Covid-19. Des mesures qui les a éloignés des salles de spectacles et autres lieu de prestations artistiques depuis bientôt 5 mois. Cependant depuis ce mois de juillet, des manifestations politiques sont organisées avec un grand nombre de rassemblement qui dépasse largement la cinquantaine de personnes imposées par le gouvernement comme rassemblement humain. Cette attitude les choque d’autant plus qu’eux ne sont pas autorisés à faire du spectacle ni avoir des rassemblements de plus de 50 personnes.
  A la faveur de la cérémonie d’hommage aux défunt premier ministre Amadou Gon, le parc des sports avait enregistré des milliers de personnes venues dire un adieu à leur père, frère, fils et responsables politique. Ignorant du coup les mesures barrières pour la prévention contre le Coronavirus. Korhogo n’avait pas échappé au renoncement des dispositions Gouvernementales. Ce qui a le plus choqué les artistes ivoiriens et qui a favorisé leur sortie sur la toile, est la manifestation des femmes du parti au pouvoir qui appelait Alassane Ouattara à revenir sur sa parole. Celle de ne plus briguer un autre mandat en octobre 2020. Il y a eu plus d’un millier de femme qui se sont réuni au Palais de la Culture de Treichville, un lieu de spectacle pour les artistes ivoiriens. Depuis l’annonce des mesures barrières, aucun artiste ne s’est produit à cet endroit parce qu’il leur été fermé depuis l’apparition de la pandémie. Pour ces artistes composés d’humoristes et chanteurs, la politique ne peut pas manifester au détriment des mesures barrières pendant qu’ils broient le noir à la maison loin de leurs fans. Magnifik figure sa page officielle que cela fait maintenant cinq mois qu’ils sont interdits de spectacles à cause du covid-19.
« Pourtant c’est nous qui étions au-devant de la sensibilisation aux premières heures de cette pandémie. A notre grande surprise on voit des meetings au palais de la culture, des marches dans des villes avec des milliers de personnes violant ainsi les mesures barrières sans aucune réaction des autorités sanitaires et policières ou bien le Corona est fini ? », interroge-t-il. Et d’ajouter : « Quand tu vas parler certains vont dire tu fais politique. D’autres diront c’est parce que tu as faim. Alors que non. On ne demande juste qu’à reprendre nos activités comme tout le monde, pour apporter notre contribution au développement du pays. J’espère que cette injustice sera réparée dans le prochain communiqué ». Il a été suivi quelques heures plus tard par son collègue l’Ambassadeur Agalawal. Le natif de Bondoukou (Nord-est de la Côte d’Ivoire). « Ça ne semble pas juste. Mais s’il existe une explication logique, rationnelle et pertinente qui puisse répondre à ça. Svp donnez la nous. Parce que nous les artistes, on n’arrive pas à comprendre ni à se l’expliquer », a demandé Agalawal, l’un des plus jeunes humoristes ivoiriens. L’artiste chanteur, Molare Inter, précurseur du Couper-décaler, (genre musical ivoirien paru début 2000) avait été condamné avec sursis et 3 millions de FCFA d’amende pour avoir participé à un anniversaire organisé par une star ivoirienne, Ema Lohouess.
La justice avait estimé qu’ils avaient bafoué les prescriptions de l’Etat dans la lutte contre le Covid-19. Pour cet ‘’Jet-seteur’’ le gouvernement ne devrait pas faire du favoritisme dans la lutte contre la pandémie. Comme l’avait indiqué le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, affirmant que tous sont « égaux devant la maladie ». Dans une publication ce lundi 27 juillet 2020, il a écrit : « Amende de 3 millions c’est comment ? On est devenu beaucoup maintenant Ou bien de laver mes mains ? » Pour dire qu’il ne doit pas être le seul à être condamné à payer une amende pour violation des mesures barrières. Leur ainé dans le métier, Adama Dahico a comme à son habitude, a usé de l’ironie pour s’adresser à ses cadets et par ricochet les gouvernants : « Magnifique, Agalawal, Ramatoulaye.  Acteurs culturels. En plein Covid-19. Cette salle (où s’est tenue un meeting politique. Palais de la culture) se trouve à l’arrière de la salle des pas perdus au palais présidentiel. C’est l’une des grandes salles du palais présidentiel.  C’est là-bas qu’on reçoit les chefs traditionnels et militants de la majorité présidentielle. Si vous voulez jouer là-bas j’ai leur contact. Sinon le palais de la culture c’est pour les artistes qui sont au chômage forcé. »
Kris Hilaire, stagiaire pour APP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here