Simon Soro, Président de l'ONG-La Vie

(Agence de presse panafricaine) -A l’effet de l’éloigner au mieux de son frère et mentor politique Guillaume Kigbafori Soro, le pouvoir ivoirien n’a pas hésité de balader d’Est en ouest de la République Simon SORO afin de le contraindre à diluer son engagement à défaut d’abdiquer. mal lui en a pris, puisque l’homme est resté gal à lui-même au point de dicter au pouvoir une approche davantage cynique dont il paie malheureusement un lourd tribut aujourd’hui avec une santé chancelante depuis le centre pénitentiaire d’Abengourou où il est désormais interné depuis le mois de mars après Adzapé et Abidjan.

 

 

 

Au demeurant, il ne fait point de doute que ces changements itératifs des lieux d’internement sont loin d’être anodins aussi longtemps qu’ils participent tous  des restrictions des droits humains de celui-ci et notamment ceux ayant trait à de meilleures conditions de détention qui lui sont dues. or redoutant par ailleurs que son plus redoutable adversaire se s’y fonde pour clamer la déshumanisation du régime en place, celui-ci a cru l’éloigner  afin de taire les injonctions que lui a pourtant édictées la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples qui lui ordonna en date du 22 avril de l’année en cours, la libération pure et simple de tous les proches de Monsieur Guillaume Soro.

 

mais en dépit des relances faites à ce propos par les conseils de sieur Simon SORO ledit pouvoir s’arc-bouta plutôt sur ses positions au point même de braver une autre injonction du Haut commissaire de l’Onu qui plus tôt invitait les états à libérer sans délai les détenus du fait de la covid-19. Or, Simon SORO fait désormais partie des personnes infectées par le nouveau coronavirus, suffisant pour conclure qu’il ait contracté cette pandémie en son lieu d’incarcération indue. toutes choses qui ont ainsi mis en ordre de bataille le collectif des avocats qui entend non seulement s’insurger contre de telles pratiques proches d’une mise à mort programmée de sieur Simon SORO, voire des proches de Guillaume SORO en franchissant un palier supplémentaire pour la restauration d’un état de droit en Côte d’Ivoire où le combat politique s’est littéralement transposé sur le plan existentiel avec des velléités claires d’extinction des adversaires déclarés et de leurs partisans et pire encore de leurs proches.

 

 

 

Abdou Diof pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here