(Agence de Presse Panafricaine) A quelques deux mois et demi du coup d’envoi de la première pédale de la 15ème édition de la course cycliste internationale dénommée la « Tropicale Amissa Bongo », prévue du 20 au 26 janvier 2020, la sélection nationale du Gabon (les Panthères), s’inquiètent et s’interrogent sur leurs conditions de préparation.  

Les Panthères du Gabon version cycliste qui s’activent tant bien que mal avec les moyens de bord en attendant la réaction de la tutelle qui ne semble pas se soucier de l’urgence à mois de trois mois de la compétition ne savent plus à quel saint se vouer.

« Malgré le programme de préparation remis au ministère rien n’est fait jusqu’alors sachant bien que c’est une compétition qui prépare une autre nos cyclistes n’ont participé à aucune compétition ni sur le plan national encore moins international », regrette l’entraineur national, Abraham Olano.

L’étape de la province de l’Ogooué – Maritime à travers la nouvelle route Port Gentil – Omboué sera la principale innovation de cette édition qui enregistrera la participation de 15 équipes nationales africaines, 5 écuries professionnelles dont trois issues du Tour de France, s’annonce comme étant la plus longue de l’histoire de la Tropicale Amissa Bongo avec plus de 1000km de parcours.

En 15ans de compétition, le Gabon dont l’essentiel étant certainement de participer n’a jusque-là remporté de victoire d’étape, encore moins d’édition. Lors de l’édition 2017, les cyclistes gabonais réclamant des primes à leur ministre de l’époque avaient boycotté la course en se faisant exclure par le comité d’organisation. Qu’en sera –t-il  de cette 15ème édition où les mêmes causes produisent les mêmes effets ?

Affaire à suivre…

Crédit photo : DR

Par Yorick KOMBILA MANFOUMBY  

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here