(Agence de presse panafricaine) -Arrivé à Rome pour participer à la conférence ” Dialogues Méditerranéens “. le Chef de l’état Tchadien a préalablement remercié les plus hautes autorités de la République d’Italie pour leur invitation et la chaleur de leur accueil avant de s’inscrire dans la perspective de la pacification du Sahel passant par la résolution de la crise libyenne.

A l’occasion, il a profité pour faire une rencontre avec la colonie tchadienne vivant en Italie peu après son arrivée à Rome afin de sceller davantage sa fraternité avec ses compatriotes et surtout leur rappeler la place qui est la leur dans l’optique de l’émergence de ce pays qui compte bien évidemment sur la contribution de toute sa diaspora et donc également italienne. Mieux, ces rencontres auront été un haut lieu de passer en revue l situation sécuritaire dans la monde, justifiant ainsi amplement la présence tchadienne dont l’armée est considérée à juste titre comme le nouveau gendarme de la sous région Afrique Centrale et bien au-delà. Car, bien que situé loin de la Méditerranée. Les échanges fructueux qu’il eut avec son homologue, le Président Sergio Mattarella ont porté sur la consolidation de la coopération entre l’Italie et le Tchad.

Aussi peut-on comprendre qu’il ait profité de cette tribune pour évoquer la question de l’insécurité dans le Sahel tout entier, eu égard aux défis multiformes auxquels font face les pays de cette région, en l’occurrence le terrorisme, la criminalité transnationale, la pauvreté, le changement climatique et les mouvements migratoires.

Diluer les menaces et risques de propagation

Autant de menaces d’envergure qui persistent au Sahel et qui exigent conséquemment une coopération régionale et internationale plus réactive et soutenue, en prenant en compte le caractère transversal du danger qui n’épargnera ni la méditerranée, ni l’Europe et moins encore le reste du monde. Ce d’autant plus qu’il y a un lien direct entre le développement du terrorisme au Sahel et la crise libyenne dont les conséquences sur cette région sont plus que dramatiques. Car, le succès de la lutte contre le terrorisme passe forcément par le règlement de la crise libyenne dont les répercussions paralysent aujourd’hui l’Afrique toute entière avec la prolifération d’armes émanant de celle-ci.

Par Abdou Diof App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here