Affaire de terrain Faure de Mitzic
L’homme d’affaire originaire de la commune d’Oyem, Inoua Mohamed

(Agence de presse panafricaine) -Victime d’une campagne de diffamation sur les réseaux sociaux à travers une vidéo publiée par Messi un ancien avocat au sujet d’un domaine qui se trouve au centre de la commune Mitzic qui appartenait à un ancien commerçant d’origine française décédé et acheté des décennies après par Inoua Mohamed auprès du dernier acheteur SCI Adzap.

 

 

 

 

 

L’homme d’affaire originaire de la commune d’Oyem, Inoua Mohamed, est victime d’un cabale lancée par un ancien avocat Messi a travers les réseaux sociaux après que le tribunal aie donné la sentence sur le problème du domaine de l’ancien commerçant français appelé Faure décédé en 1956 qui oppose Inoua à la Famille Eyang Clarisse, qui se dit être héritière des affaires du feu Faure. Après une enquête que nous avions mené, la famille Eyang  Clarisse n’a aucun lien avec l’ancien commerçant, ayant porté plainte, elle n’a apporté aucun élément justificatif prouvant son statut d’appartenance à la famille Faure.

Voici ce que nous avons recensé  sur le problème de la parcelle au titre foncier numéro 750 (ancien maganord) opposant Clarisse Eyang Bekale à Inoua Mohamed.

 

En effet la parcelle dont se réclame Clarisse Eyang Biyogo appartenait à un ressortissant français nommé Faure, il l’avait acheté et déclaré en 1950. Dès son décès le 14 août 1956, Maître Flotte, greffier notaire à Oyem, sollicitait ainsi le 31 août 1956, l’inscription au profit du trésor public du Gabon d’une hypothèque de trois millions de francs cfa en principal.

 

 

Le commerçant Faure ayant laissé des antécédents avec une entreprise appelée Compagnie commerciale Hollando africaine dont le siège se trouve en Hollande. Sollicite le paiement, bénéficie le 1er avril 1959 la saisine des biens immobiliers appartenant à Faure, qui devait une somme de quatre millions huit cent soixante-quatorze mille francs cfa, c’est ainsi que le maître Flotte grenier notaire passe à la vente forcée de l’immeuble faisant l’objet d’un titre numéro 750. Le 11 juillet 1959, par le jugement rendu le 27 juin 1959, la compagnie Hollando africaine SA devient adjudicataire de la propriété Faure de Mitzic.

 

gabon
ancien Maganord Mitzic

Cette propriété est à nouveau vendue le 7 avril 1961 à Raymond Cuynat également commerçant et il devient adjudicataire. Apres des années d’exploitation, Raymond Cuynat, par arrangement cède l’immeuble a la société SCI Adzap qui finit par procéder a la mutation du titre foncier en son nom, c’est seulement le 28 mars 1995 que la société SCI Adzap recouvre la pleine propriété du dit domaine. Inoua Mohamed rachète cet immeuble de l’ancien maganord en 2003 auprès de SCI Adzap représentée par Christian Hourd. Ce qui fait de lui le quatrième acheteur de ce domaine appartenant à un commerçant Français des années cinquante.

 

 

Après avoir entamé l’assainissement  de l’immeuble abandonné depuis plus de 10 ans, soudainement une famille se représenta pour revendiquer ce terrain soit disant que Faure aurait eu des enfants avec feue Margueritte Obone Eyeghe. Après vérification, tout est complètement faux. les tombes montrées par l’ancien avocat Messi dans la vidéo, datant de moins de dix , ne sont pas celles des personnes dont il parle dans cette vidéo, ces tombes appartiennent aux parents des plaignants qui les ont enterré après avoir déposé la première plainte au tribunal d’Oyem profitant du temps de la plaidoirie pour assiéger le terrain un plan pour eux de déjouer la justice. Inoua Mohamed pour lui, ce problème est clos car il a laissé le temps à la justice de faire minutieusement son travail et n’avait aucune relation particulière avec le vendeur qui n’est que SCI Adzap. Il  appelle cependant à ceux qui font des commentaires haineux sur cette affaire, a se rapprocher de la justice.

 

 

 

 

 

Ulrih Corso Sima Ella , correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here