(Agence de presse panafricaine) -Dans le cadre de la journée internationale des enfants victimes innocentes des agressions célébrée chaque 04 juin, l’association Agir pour les enfants du Gabon (AEG) prépare sereinement cette journée, elle a cependant initié à cette date une campagne de sensibilisation qui débutera par le quartier fromager dans le sixième arrondissement de la commune de Libreville

 

 

 

Au Gabon, en 2020, environ un enfant sur 10 subit des violences physiques, psychologiques et sexuelles. Le plus souvent, l’auteur est un adulte de son entourage. Aujourd’hui, la majorité de ces violences ne sont pas révélées, du fait d’une multitude de facteurs : l’âge de l’enfant, sa compréhension des violences, les liens qu’il a avec l’agresseur, sa peur de représailles, de la réaction de l’entourage ou des conséquences sur la famille et le quotidien, sa crainte de ne pas être cru, la honte, la culpabilité, l’impuissance, …C’est dans cette optique que l’AGE fut créé pour montrer l’importance de sortir du silence pour accéder à des aides et des soutiens face aux conséquences dramatiques causées par ce phénomène.

 

 

Pour cette  association, la difficulté des adultes à voir ces violences constitue également un frein empêchant les révélations. La maltraitance des enfants entraîne souvent des réactions d’évitement ou de banalisation chez ceux qui peuvent en être témoins ou qui la soupçonnent. On ne peut tout simplement pas imaginer que cela soit vrai.

 

 

Selon les mots du secrétaire général de cette association Stevan Ndong Ekome, AEG a profité de la journée internationale des enfants victimes innocentes des agressions pour mettre en exergue les prérogatives qui sont les leurs. « Notre association a été créée en 2020 pour venir en soutien aux enfants défavorisés du Gabon dont l’âge varie de 0 à 18 ans. Notre souhait est de faire d’AEG une plateforme de victimologie pour mineurs en République gabonaise  ». A-t-il conclu

 

Cette campagne de sensibilisation sur la maltraitance subie par les enfants et adolescents, s’adresse particulièrement aux témoins de violences, aux adultes qui ne savent pas comment réagir ou qui soupçonnent des mauvais traitements. L’objectif visé est de d’impulser à la prise de conscience de la réalité des violences subies par les enfants et les adolescents et qu’ils puissent apporter des réponses concrètes quand il y est confronté.

 

 

Ulrich Corso Sima Ella, correspondant (App) Gabon

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here