(Agence de presse presse panafricaine) Le conseil d’Etat  par sa décision du vendredi 16 juillet 2021, a rejeté le recours déposé par Habiba Issa épse Yanga, validant ainsi la continuité du processus électoral stoppée  par le ministre des affaires sociales Prisca Koho Nlend le 12 juin 2021. Cette décision du conseil d’Etat met une fin à un cours feuilleton qui divisait les membres de la Croix Rouge Gabonaise.

 

 

Le rêve de Habiba Issa épse Yanga s’arrête diamétralement après avoir vu son recours débouté par le conseil d’Etat, les raisons de ce rejet ont été expliquées par  Maître Aimery Bhongo , avocat saisi par la Croix Rouge au cours d’une conférence de presse organisée à son cabinet. « Ce que vient de vivre la croix rouge gabonaise est inexplicable dans l’histoire du fonctionnement de la croix en rouge en particulier et des associations en générale. Madame Habiba Issa a voulu inventer la roue, alors que les statuts de cette organisation par ses articles 8 et 53 sont clairs. L’article 8 interdit à un membre bienfaiteur de participer au processus électoral  et l’article 53 interdit tout cumul de fonction entre cette entité et l’administration publique. De ce fait, Habiba Issa épse Yanga qui n’est que membre bienfaiteur et avec sa fonction de secrétaire générale de la fonction publique, est complètement écartée. C’est la loi et il faut l’accepter ».

Le maitre Aimery Bhongo Mavoungou, s’est réjoui par la maestria dont cette affaire a été traité par la justice gabonaise qui vient de prouver que nul n’est au-dessus de la loi. « Au nom de la Croix Rouge gabonaise, je félicite l’indépendance de la justice gabonaise qui ne s’est pas laissée influer par les politiques qui se sont investis dans une affaire qui concerne une entité privée qui fonctionne avec les normes de la Croix-Rouge et Croissant Rouge internationales ».

L’immixtion des personnalités politiques dans cette affaire n’a laissé indifférent l’avocat qui en profite pour interpeller les plus hautes autorités de la république a mettre une fin à ces pratiques d’autre fois devenues aujourd’hui caduques. « Nous sommes dans un pays de droit, chacun doit respecter son couloir. Il faut qu’on arrête de chercher à travestir la loi. L’implication des ministres et autres pour des affaires privées n’honore pas notre nation  ». a conclu Maître Aimery Bhongo Mavoungou, avocat de la Croix Rouge gabonaise.

Les décisions du conseil d’état étant irrévocable, ce qui sous-entend que le processus électoral continuera au niveau où il s’est arrêté à savoir ; l’assemblée générale élective ayant comme unique candidate Véronique Tsakoura  qui assure l’intérim depuis la nomination au gouvernement de Guy Patrick Ndong Obiang. d’après l’avocat, le comité des élections établira un nouveau chronogramme pour l’assemblée générale élective. Rappelons que Habiba Issa épse Yanga, avait introduit son recours au conseil d’état après avoir vu son dossier invalidé par la commission des élections.

 

 

Ulrich Corso Sima Ella,correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here