le Pasteur Sylvain Edzang

(Agence de presse panafricaine) -Au Gabon, les Gabonais ont passé leur premier week-end en mode déconfinement partiel.

 

 

 

 

En famille ou en amoureux, les Gabonais ont à nouveau goûté au plaisir d’un repas ou d’un café au restaurant. Les rues étaient bondées de monde. Les religieux, eux, ne sont pas contents. Ils sont même en colère. Le pasteur Sylvain Edzang déambule seul dans son église d’environ 1 000 places situé à Ozangué dans le 5ème arrondissement. Il estime que le maintien des lieux de culte dans le confinement total est une discrimination : « Vous avez des hôtels ouverts, des restaurants ouverts, je pense que c’est un problème de discrimination, comme si les pasteurs, les évangélistes n’étaient pas conscients de la présence du virus sur le territoire gabonais. Pourquoi ne pas dire directement : “pasteurs, on vous déconfine, mais respectez les mêmes mesures barrières qui sont imposées à tous ?». Toutefois, la communauté musulmane, moins vindicative, soutient l’initiative du ministre de l’Intérieur. Vendredi dernier, le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il recevra dans les prochains jours les responsables des cultes pour élaborer ensemble un cahier des charges avant une possible ouverture des églises et mosquées. Ali Radjoumba est le conseiller en communication du Conseil supérieur des affaires islamiques au Gabon. «Il faut rappeler que certaines grandes mosquées de Libreville ont déjà été désinfectées. Comme l’islam est une religion qui prône l’hygiène, nous allons encore intensifier les opérations de nettoyage dans nos mosquées à travers tout le pays.»

 

Pour le moment, la télévision nationale a offert des plages horaires pour des cultes en direct. Beaucoup de pasteurs ventilent leurs prêches via les réseaux sociaux. D’autres collectent les offrandes et la dîme via le mobile money.

 

 

Mary Ngom pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here