gabon
petit commerce

(Agence de presse panafricaine) -Le gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda vient de durcir les mesures de lutte contre le covid-19, après constat d’une hausse des cas de contamination au covid-19, mais ces mesures qui sont salutaires pour leur aspect sanitaire, sont perçues pour les populations comme une nouvelle punition.

 

 

La crise sanitaire que vit le Gabon depuis le 12 mars 2020 déclenche des avalanches de critiques dans sa gestion, car la population la plus démunie en paye les frais. Plusieurs familles se retrouvent aujourd’hui dans une misère qui ne dit pas son nom, se posant la question pourquoi durcir les mesures alors que leurs quartiers ne connaissent aucun cas ? Et pourtant dans un message, le représentant de l’OMS au Gabon avait félicité le comportement responsable des populations gabonaises, par rapport aux efforts consentis pour lutter contre la pandémie.

 

La population se sent abandonnée, les mesures gouvernementales qui pleuvent au fil des semaines, ne sont suivies d’aucune mesure d’accompagnement. L’interdiction d’ouverture de certains petits commerces, un secteur qui compte de nos jours des milliers d’étudiants aggrave la situation dans un pays ou l’employabilité des jeunes est stoppée depuis trois ans ; « Nous ne pouvons pas nous permettre d’arrêter nos activités dans un pays où l’économie est fragile. La bourse devient tout un problème, le travail n’en parlons plus, et l’état se lève un bon matin en complicité avec la mairie de Libreville en nous demandant de ne plus vendre la friperie ou ouvrir les bars sans mesures d’accompagnement, c’est une manière de nous exposer à la mort  », justifie Cédric Abessolo étudiant en master à l’université Omar Bongo.

 

Les populations saluent l’action gouvernementale pour la lutte contre le  covid-19 , mais se dit être amusée par le gouvernement qui prend des mesures qui ne reflètent pas la réalité du terrain. Elles appellent le gouvernement à accompagner leurs mesures par une couverture sociale qui empêcherait de ressentir un changement dans leurs quotidiens.

 

 

 

 

Ulrich Corso Sima Ella correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here