(Agence de presse panafricaine)-Le président du regroupement syndical dynamique unitaire, Jean Rémi Yama, emprisonné depuis plus de trois mois, il est accusé d’abus de confiance sur un projet. Il ne peut plus  compter sur la force des syndicats pour retrouver la liberté . Après des multiples appels à la gréve à sa cause, les adhérents  des différents syndicats restent muets.
Jean Rémy Yama, est considéré au Gabon comme le leader syndicale le plus redoutable. Avec la création de la plus grande coalition syndicale Dynamique unitaire dont il est président, plusieurs situations des travailleurs gabonais se sont améliorées. Une véritable bête noire pour les dirigeants gabonais, A chaque fois qu’il  a fait face à la justice gabonais, il avait toujours eu le soutien des syndicats sous l’impulsion de Louis Patrick Mombo malheureusement décédé.
Pour certains responsables syndicaux, son emprisonnement est considéré comme étant une stratégie pour tuer le mouvement syndical au Gabon. Ils s’indignent par ailleurs du traitement inhumain que subit Jean Rémy Yama affaibli par la maladie. Quant à  d’autres syndicalistes, ils appellent à la clémence du pouvoir en sollicitant la mise en liberté provisoire de leur collègue pour le respect des  droits de l’homme.
Rappelons que Jean-Rémy Yama, président de Dynamique unitaire, la plus grande coalition syndicale du Gabon, a fait déposer une demande de mise en liberté provisoire, qui a été à nouveau rejetée par la justice malgré son état de santé devenu de plus en plus préoccupant.
 Accusé d’abus de confiance, il avait été arrêté puis placé en détention le 02 mars à la prison centrale de Libreville.
Ulrich Corso SIMA ELLA, correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here