gabon
Lieutenant Kelly Ondo Obiang

(Agence de presse panafricaine) -Le présumé chef de bande du supposé coup d’etat avorté du 7 janvier 2019 comparaît depuis quelques jours devant le tribunal spécial militaire mise en place par la justice gabonaise. Les révélations faites par ce jeune militaire ont plutôt bousculé l’appareil judiciaire et laisse perplexe la société gabonaise.

 

 

 

Après plus de deux ans d’incarcération, sans savoir  la véritable motivation du jeune lieutenant Kelly Ondo Obiang sur son présumé coup d’état. Lors du second procès. Il a fait de ces révélations qui ont donné une autre tournure à cette affaire. «le 24 octobre 2018, suite à l’accident vasculaire cérébral du Président Ali Bongo Ondimba, le pays se retrouvait dans une instabilité. Et à cette période, j’étais commandant par intérim de la compagnie d’honneur de la Garde Républicaine . À ce titre, j’assistais à toutes les réunions de l’Etat major. J’avais donc plusieurs informations, je suivais également toute l’actualité politique de mon pays avec la violation de l’article 13 de notre Constitution. Une guerre de clan était née à la Présidence de la République, dirigée par le Directeur de service de renseignement. Sur le plan sécuritaire, il y avait  la présence des mercenaires sur notre territoire et j’avais constaté un mouvement d’armes. Le Directeur de service de renseignements était devenu tout-puissant. Tout le monde avait désormais peur de lui». a déclaré Kelly Ondo Obiang lors du deuxième audience. Ferme dans son esprit, le jeune lieutenant lors de la dernière audience a déclaré à nouveau . «je ne regrette rien. J’ai fait mon devoir de soldat. Mon action a sauvé la nation. Si c’était à refaire, je le referai pour l’intérêt de la nation»

 

 

 

Si  Frédéric Bongo, frère cadet du président est cité plusieurs fois dans cette affaire, certains analystes politiques par la teneur des propos du lieutenant Kelly Ondo Obiang, considèrent cet acte  comme étant  un sauvetage du pouvoir d’Ali Bongo Ondimba, absent du pays au moment des faits pour des raisons de santé connues de tous. Pour eux  la fragilité du pouvoir était visible et certains compatriotes  présentaient Brice Laccruche comme étant le détenteur du pouvoir, d’où certains sont restés vigilants à la suite de de cette tentative de coup d’etat. Les déclarations du lieutenant Kelly Ondo Obiang  sont prises  pour l’instant par la justice  comme étant des fabulations pour se défendre . Cette affaire est loin de donner ses conclusions en attendant que la justice tranche sur une possibilité de voir comparaître ou pas  toutes les personnes citées par le Lieutenant Kelly Ondo Obiang à la demande de ses avocats.

 

 

Ulrich Corso Sima Ella, correspondant (App) Gabon

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here