(Agence de presse panafricaine) -Le parti démocratique gabonais (PDG), au pouvoir depuis plus de 50 ans a toujours fonctionne avec les partis politique allies et les associations soutenant l’action politique du président de la république. La naissance de plusieurs associations qui soutiennent le chef de l’état, met actuellement  en mal le fonctionnement du PDG, un bon nombre de gabonais préfèrerait adhérer dans ces mouvements qui, selon leurs mots, sont plus dynamiques et véristes que le parti au pouvoir.
Après le MOGABO qui était un mouvement des proches de Maixent Accrombessi, mais qui s’est effondré après le départ de son parrain Maixent Accrombessi de son poste de directeur de cabinet du président.La naissance de l’association des jeunes émergents volontaire (l’AJEV) une  association dont le fondateur n’est que l’ex directeur de cabinet du président de la république Brice Laccruche Allianga qui se trouve actuellement en prison. Son mouvement a véritablement absorbe le parti au pouvoir entre 2017 et fin 2019, malheureusement depuis l’arrestation de Brice Laccruche,  l’AJEV devient qu’un souvenir.
Un autre mouvement nait depuis 3 ans, mais qui avait plutôt préféré faire alliance avec l’Ajev, il s’agit du Mouvement Ali Bongo Ondimba pour le développement du Gabon (MABODG), qui ronge actuellement le terrain en multipliant des actions et en élargissant son implantation à travers le territoire national. Cette montée en puissance de ces associations ,a poussé le parti démocratique gabonais à réagir, c’est ainsi que son directoire a exhorté les associations a s’aligner derrière le parti au pouvoir qui est le seul organe a défendre et à représenté l’étiquette du président de la république.
Selon le Président du MABODG Hugues Mounzeo Maganga , cette sortie de secrétariat exécutif du PDG ,ne se justifie pas, étant donné que tous ont un objectif commun, celui de soutenir et d’aider  le président de la république Ali Bongo Ondimba a réussir, il a par ailleurs précisé que la naissance de certains mouvements et associations est due à la léthargie constatée dans les structures de base du PDG, certains ne partageant pas les idéaux et les pratiques du Parti démocratique gabonais, préfèrent rejoindre les associations, pour faire sortir leurs savoirs au profit du président de la république ,et c’est ce qui donne un sens à ces  mouvements; tout en précisant qu’au sein du PDG, il existe un secrétariat adjoint en charge des partis politiques et associations. Pour Hugues Mounzeo, le débat est ailleurs, le parti démocratique gabonais doit plutôt complémenter ces associations qui font le travail qui doit être le leur, et avec des moyens propres. Le parti démocratique gabonais est majoritaire dans les deux chambres du parlement gabonais et occupe la majorité des conseils municipaux et départementaux.
Ulrich Corso Sima correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here