Gabon-média
Radio Oyem, celle-ci se trouve dans un état de délabrement total

(Agence de presse panafricaine) -Affectueusement appelée Radio Oyem, celle-ci se trouve dans un état de délabrement total, les dirigeants nommés à sa tête ces 10 dernières années n’ayant pas pu donner satisfaction alors que cette radio peut survivre grâce à ses recettes et ressources financières propres émanant notamment des communiqués et autres spots publicitaires, surtout qu’elle engendre plus de 10 millions de recettes par an sans dépenses.

 

 

 

 

La radio Oyem inaugurée en 1984 par le défunt président Omar Bongo Ondimba est un véritable patrimoine pour les populations de la province du Woleu-Ntem, car cette station radio a bercé plusieurs citoyens dans leur adolescence grâce à ses programmes adaptés à la vie culturelle et traditionnelle de la province septentrionale. À la mort de son premier directeur Samuel More Zeng, cette radio avait du mal à retrouver son image. La nomination de Clay Martial Obame comme directeur avait permis à celle-ci de retrouver ses lettres de noblesse avec des programmes plus attractifs, bien plus on a étendu sa zone d’émission et de couverture au-delà des 4 départements qui l’étaient jusqu’alors grâce aux efforts de Clay Martial Obame, le tam-tam du grand nord retentissait à nouveau dans toute la province et au-delà des frontières. Mais après le départ de Clay Martial, ces successeurs n’ont eu qu’une seule envie, celle de se remplir les poches. La radio Oyem qui a un service de communiqués très demandé après celui de la Radio nationale, malheureusement l’argent qu’elle produit ne bénéficia ni à son entretien et encore moins à ses agents. Sa cabine technique est composée d’un simple amplificateur de night-club avec des lecteurs cd et les postes transistors à usage domestique. Son studio est composé de micros d’ambiance rafistolés par les quelques techniciens qui continuent d’y travailler.

 

 

Choix managériaux quelconques

 

Cependant avec le retour de Marie Hélène Mbazogo comme directrice sa situation s’empire de jour en jour. En effet, depuis le mois de décembre 2019, tous les services y tournent au ralenti et depuis lors elle n’émet plus que dans 2 départements sur 5. Le mouvement syndical des agents n’a cessé de monter au créneau pour dénoncer la mauvaise gestion à laquelle est assujettie cette radio historique qui produit pourtant énormément d’argent, mais qui se trouve dans un état de vétusté avancée.

 

Gabon-média
La radio Oyem inaugurée en 1984 par le défunt président Omar Bongo Ondimba

Malgré quelques réactions et recommandations de la direction générale, les chefs de la radio Gabon Woleu-Ntem sembleraient être au-dessus de sa hiérarchie, jusqu’alors, aucune véritable solution n’a été trouvée pour mettre fin au pillage à outrance orchestrée par les différents responsables ayant géré cette institution ces dix dernières années. Comme quoi, elle serait simplement devenue une vache à traire. Et, les notables ayant connu cette radio dès son inauguration jusqu’aujourd’hui, n’ont que des larmes pour exprimer leurs dégoûts, ils ne cessent de créer les grands noms qui ont marqués l’histoire de cette station à savoir Samuel More Zeng, Obame de Salem, Koss Coco Abessolo, Vincent Ella Megne, Dandy Allogo . Les efforts consentis par son personnel sont mis en virile par la direction provinciale de la radio, ce qui crée un esprit découragement auprès des employés qui n’ont cessé de crier ; ”si rien n’est fait pour sauver cette radio, elle retrouvera fermée hermétiquement”.

 

 

Ulrich Corso Sima correspondant (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here