Gabon-société
La Bible

(Agence de presse panafricaine) -Le pasteur Nathan Dilamba d’origine congolaise, fondateur d’une église pentecôtiste dans les artères du quartier Nzeng–Ayong dans le sixième arrondissement de la commune de Libreville, a disparu des radars de ses fidèles avec en poche une somme de trente  millions de francs CFA.

 

 

 

 

 

D’après les témoignages des fidèles de cette église, le pasteur Nathan Dilamba était connu par ses séances de délivrance, et très apprécié par son entourage. Personne dans l’église ne pouvait s’imaginer à un tel comportement de cet homme de Dieu. Voici les faits : c’est à la fin du mois d’août 2019 que le pasteur demande à sieur X de quitter son entreprise à cause de ses multiples maladies. Il signifie ainsi à ce dernier que son boulot est miné par la rose croix et qu’il est choisi parmi les personnes à sacrifier. Le monsieur étant à la conquête de la guérison et motivé par sa femme, décida de passer à la procédure de démission. Après avoir démissionné, c’est à la fin du mois de mars 2020 qu’il perçoit une avance de son indemnité d’une valeur de trente millions. Pour respecter les consignes de son homme de Dieu, le monsieur passa directement à l’église. Après avoir fait le compte rendu au pasteur, il lui demanda de laisser ses indemnités à l’autel pour purification d’une durée de quatorze jours. Toujours sur l’impulsion de sa femme l’une des doyennes de cette église, monsieur x accepta. Et depuis lors, le pasteur devint invisible à l’église et ce jusqu’ à ce jour. Monsieur x se trouve en ce moment en difficulté financière et ne sait plus à quel saint se vouer. Ce d’autant plus que malgré les enquêtes, aucune trace du pasteur n’est retrouvée. Cette situation vient s’ajouter à bien d’autres problèmes d’escroquerie et de manipulation spirituelle dont sont victimes plusieurs chrétiens au Gabon, la recrudescence des églises dites de réveil inondent l’environnement spirituel des règles juridiques en matière d’ouverture des cultes, étant le problème principal.

 

 

 

 

Sima Ella Mendra Corso, correspondant (App) Gabon

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here