Journée Mondiale de la Liberté de la Presse : La responsabilité sociale du journaliste professionnel

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( agence de presse panafricaine ) C’est ainsi que l’on pourrait définir la conférence organisée ce jour, à l’amphi théâtre Hervé Bourges, par le Bureau Régional et Multisectoriel de l’Unesco

Le thème – Les Médias pour la Démocratie : Journalisme et Election en temps de désinformation a donné le ton des présentations et autres débats, animés par les professionnels de renom, à l’instar du professeur Laurent-Charles Boyomo, Directeur de l’Esstic – Daniel Anicet Noah Mbede, Expert International en Stratégies de Communication – Kinsley Nguangue, chef de département Journalisme et Communication à l’Université de Bué et, un homme de lois Me Claude Assira.

Les conséquences de la venue des réseaux sociaux

La venue dans la sphère communicationnelle ou journalistique des médias sociaux a, selon certains de ces experts, apporté une grande liberté à tous ceux qui se réclament de la fonction de journaliste. Le respect des canons qui régissent cette profession, les règles de déontologie, l’éthique et, le professionnalisme semblent avoir cédé la place à toute autre chose qu’ils se disent incapables de définie avec précision.

La technologie, selon le Secrétaire Général de l’Unesco a certes : «  Transformé notre manière de recevoir et de communiquer l’information, mais elle est aussi utilisée afin de tromper l’opinion publique ou d’attiser la violence et la haine…L’espace civique se restreint à un rythme alarmant partout dans le monde.. ».

Pour António Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies, on assiste de plus en plus à une « montée des discours de haine contre les médias. Ce qui conduit à une recrudescence d’actes de violences et de harcèlement contre les journalistes, notamment les femmes… ».

Sont –ils pour autant exempte de tout reproche ?

En droit, la loi est un élément important dans le fonctionnement du Droit, selon Me Claude Assira. Cependant, Il ne convient  pas de mettre un accent successif sur la loi, comme si elle seule suffisait à ce que les choses puissent être modifiées. Je crois à mon sens que c’est l’Homme qu’il faut éduquer. On parle certes du journaliste aujourd’hui parce que c’est lui qui est à l’affiche mais, ce que je vous dis, est parfaitement général. C’est vrai pour tout le monde. Néanmoins, le journaliste n’est pas exempt de tout reproche. Je vais vous prendre un exemple, au petit niveau qui est le mien, j’ai parfois assisté à des audiences mais, lorsque je lis le rendu fait par un journaliste, je me pose la question de savoir s’il s’agit de la même audience. On pourrait parler de l’accès à la bonne information mais, je ne pense pas que le journaliste en soit privé, même s’il faut reconnaître que la mauvaise information relève de la seule responsabilité du journaliste. Il a le devoir comme cela se fait dans de nombreux pays, d’aller chercher l’information à la source et, s’il est professionnel, il peut se doter des moyens pour atteindre ses objectifs… ».  

La responsabilité du journaliste

Les pratiquants du journalisme au rabais, évoquent à longueur de journée, les notions telles que Démocratie, Justice, Respect des Droits de l’Homme …Mais, peut –on se cacher derrière ces généralités pour excuser les exactions commises par des personnes qui, de plus en plus se réclament d’être des journalistes, alors que ce n’est pas leur profession. Car, le journalisme, selon Daniel Anicet Noah Mbede, Expert International en Stratégies de Communication est un métier : « Le journaliste réel doit se distinguer, par rapport au panorama à l’ensemble de désinformation, par sa responsabilité. La responsabilité n’est pas l’auto censure, la responsabilité n’est pas une inquiétude intellectuelle, c’est la conscience de l’objectif pour lequel on donne une information, de ce à quoi on voudrait aboutir… ».

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Bénin : Tensions post électorales a Cotonou

Read Next

Interview : Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la Liberté de la Presse, nous avons rencontré le Professeur Laurent – Charles Boyomo.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *