Kenya-invasion de criquets pèlerins
nouveaux essaims

(Agence de presse panafricaine) -La Corne de l’Afrique n’en a pas fini avec les criquets pèlerins. De nouveaux essaims sont attendus en Ethiopie et en Somalie dans les prochaines semaines avec pour épicentre le Kenya, prévient la FAO, l’organisation onusienne pour l’alimentation et l’agriculture.

 

 

La Corne de l’Afrique qui voyait à peine le bout de la pire invasion de criquets enregistrée depuis 70 ans qu’elle doit déjà en affronter une nouvelle. Les milliards de criquets qui ont envahi la région cette année, ravageant des dizaines de milliers d’hectares de culture, se sont reproduits. En effet, une femelle pond une centaine d’œufs à elle seule en moyenne. Ils peuvent ainsi se multiplier par 20 tous les trois mois. Les larves, arrivées au stade de maturité pour prendre leur envol, forment aujourd’hui ces nouveaux essaims. Ils ont déjà été aperçus au Yémen et au nord-est de l’Ethiopie. D’ici la fin du mois d’octobre, ils auront envahi l’est de l’Ethiopie et le centre de la Somalie. Ensuite, c’est le nord du Kenya qui sera frappé à nouveau au mois de novembre. Cette nouvelle vague est favorisée par les vents importants venus du Yémen qui s’étendent sur la Corne de l’Afrique, emportant ces épais nuages sombres de milliards de criquets pèlerins.

 

Sonnette d’alarme

 

La FAO tire à nouveau la sonnette d’alarme. Car l’invasion exceptionnelle de criquets enregistrée cette année a déjà détruit des milliers d’hectares de cultures et de pâturage dans la Corne de l’Afrique, entraînant une crise alimentaire dramatique. La chaleur combinée aux fortes pluies fin 2019 jusqu’à février 2020 expliquent ce phénomène. Pour en venir à bout, une seule solution : la pulvérisation d’insecticides. Des opérations aériennes et au sol déjà en cours depuis plusieurs mois se poursuivent. Mais il n’empêche que pour le Kenya, la catastrophe à venir remet au goût du jour la problématique des projections socioéconomiques notamment celles ayant trait à l’approvisionnement en denrées essentielles au travers de la constitution de stocks de sécurité davantage importants pouvant soutenir des périodes de soudure pouvant aller au-delà d’un an.

 

 

 

Endy Pascale Ngueng pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here