(Agence de presse panafricaine) -En focalisant uniquement son action sur le continent noir, l’Ong étale au grand jour sa propension à la discrimination du reste exacerbée par une velléité malveillante de méconnaître audit continent toute volonté de s’affirmer véritablement comme le berceau de l’humanité à tous points de vue et naturellement sur les questions des libertés fondamentales.

 

 

C’est le cas effectivement de le dire près ce que vient de subir le Maroc après que d’autres pays africains aient été présentés comme les plus actifs en ce qui concerne la corruption qu’ils subissent généralement de la part des multinationales qui s’y implantent. Un sujet plutôt tabou pour la même Ong qui s’en tient uniquement à émettre des avis sur les états africains et leurs leaders, un peu comme si ailleurs, il n’y aurait ni tares et encore moins de manquements préjudiciables pour l’épanouissement humain, alors même que bon nombre de pays occidentaux et ceux qui en tiennent lieu bafouent régulièrement les libertés fondamentales de leurs citoyens astreints à le signifier aux dirigeants au travers de mouvements sociaux d’ampleur à l’instar des gilets jaunes en France ou d’autres mouvements de même nature en Europe et aux Etats-Unis sans que pour autant Amnesty International s’en offusque ou indexe ces dirigeants.

 

Et c’est tout à l’honneur du Maroc que de s’être porté en faux contre les insinuations de cette ONG, tout en lui rappelant le droit de réserve qui devrait fonder son mode opératoire sans se mettre à dos les pays membres et singulièrement africains qui de surcroît constituent le gros de la troupe. Ainsi, on comprend aisément pourquoi cette Ong n’en finit plus d’essuyer des restrictions en Afrique où elle est accusée par de nombreux pays d’alimenter à dessein l’amalgame au travers d’encouragements indus aux opposants se mettant pourtant en marge des dispositions réglementaires comme si cacophonie rimait avec démocratie qu’elle met généralement en avant pour torpiller les états africains en érodant au passage leur notoriété induite par accusations infondées interposées.

 

 

Mary Ngom pour (App)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here