Marché financier

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coffre-fort est fourni au Cameroun

C’est ce qui ressort de la synthèse des rapports pour les périodes 2016 et 2018 où les experts de la monnaie nous parlent d’une émission de 446 milliards Fcfa entre  ces deux grands temps.

La Commission des marchés financiers (Cmf) vient  donc de rendre public, le bilan de ses activités au cours de la période comprise entre 2016 et 2018. La Cmf indique dans son rapport qu’ «il y a eu des émissions obligataires pour un montant total de 446 milliards Fcfa.» Une très grande performance, avec des éléments de détails assez précis. : « il y a eu des émissions pour 180 milliards Fcfa en 2016. Ces émissions étaient de 10 milliards Fcfa en 2017. En 2018, 256 milliards Fcfa on été émis avec une grande satisfaction sur l’emprunt obligataire qui a donné un montant total de 200 milliards Fcfa levés auprès des épargnants…», nous explique-t-on.

Comme on a donc pu lire dans le document,  «ECMR 5,6% Net 2018-2023» a démontré la vitalité et l’appétence des investisseurs du marché financier du Cameroun. Au total, l’année 2018 aura été particulièrement fructueuse en termes d’émissions obligataires, de placements, ou d’appels publics à l’épargne, soit un total de 256 milliards levés sur le marché de capitaux, hors émissions du Trésor via le marché monétaire de la Beac», lit-on.

La Commission des marchés soutient que l’année 2018 a connu une augmentation exceptionnelle d’habilitations d’acteurs opérationnels du marché financier. Une situation qui, pour les spécialistes de la finance, s’explique facilement; «la présence sur le marché de nouveaux acteurs et l’augmentation des émissions est facteur de développement dans ce pan de la mobilisation des valeurs monétaires», déclare Mboula Edouka. Au sein de la commission on compte 16 prestataires dans les servies d’investissement.

Au-delà de la satisfaction, il faut bien le préciser, la Commission des marchés financiers va disparaître dès cette année 2019. La décision a été prise le 31 octobre 2017 à Ndjamena (Tchad), au terme d’une session extraordinaire, les chefs d’Etat de la Cemac ont décidé de l’unification des marchés financiers en fixant le siège du régulateur régional unique à Libreville au Gabon et celui de la bourse régionale des valeurs mobilières à Douala, la métropole économique du Cameroun.

Hermine Yèyè


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Vœux

Read Next

Transport maritime

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *