Site icon Agence de Presse Panafricaine

Monnaie 3968 L’avenir du FCFA se joue à Libreville

(Agence de presse panafricaine)-Réformer le franc CFA ou s’en débarrasser ? Les propositions des experts participant au colloque de Libreville seront transmises aux chefs d’Etat de la Cemac qui aviseront.

 

 

 

Un colloque de deux jours sur le thème «Monnaie et Développement en Afrique centrale» s’est ouvert jeudi 17 novembre 2022 à Libreville. Objectif : proposer aux chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Centrafrique et Tchad) des pistes de solutions sur les conditions et le cadre d’une nouvelle coopération monétaire avec la France. Ainsi, les enseignants d’université, des praticiens du monde économique et financier et la société civile devront «cibler de façon précise et réaliste les mécanismes opérationnels à mettre en place ou la mutation institutionnelle à opérer en vue de proposer un schéma approprié conduisant à l’évolution de la monnaie comme demandé par l’instance décisionnelle de la Cemac», a souligné Nicole Jeanine Roboty Mbou, ministre gabonaise de l’Économie. Le schéma conduisant à l’évolution de la monnaie commune, demandée par les chefs d’État, se rapporte à «l’évolution des principaux mécanismes actuels de la coopération monétaire avec la France, à savoir : la garantie de convertibilité illimitée par la France de la monnaie émise par la Beac, le franc CFA, la fixité du taux de change, la liberté de transfert entre pays membres de la BEAC et la France et la centralisation des réserves auprès d’un compte d’opérations ouvert au Trésor français», a indiqué le président de la Commission de la Cemac, Daniel Ona Ondo.  Cette rencontre fait suite à la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État de la zone, tenue le 22 novembre 2019 à Yaoundé. Au cours de cette réunion, les chefs d’État avaient chargé la Commission de la Cemac et la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) de mener cette réflexion.

 

Défaut de gouvernance

Pour les enseignants des universités et d’autres économistes présents à ce colloque, le bilan du FCFA, 60 ans après les indépendances, exige en effet de mener cette réflexion. «On sort un peu perdant de cette coopération. Puisque quand on met les choses sur la balance, le côté rouge qui indique les pertes est dominant. On n’a pas vu les échanges s’intensifier, on n’a pas vu les investissements entre les pays s’intensifier, on n’a pas vu les institutions gagner en qualité. Donc, globalement, à part la stabilité macroéconomique, le tableau qui ressort de ce bilan est négatif», a affirmé Dieudonné Mignamissi, agrégé des sciences économiques. «Nous souhaitons qu’au cours de ce colloque, les véritables problèmes que peut générer le FCFA en termes de frein au développement de l’économie puissent être soulevés et débattus. Parce que nous estimons qu’aujourd’hui, la structuration du FCFA, même si elle a un certain nombre d’avantages, affiche également beaucoup d’inconvénients. Et au-delà de ces inconvénients qu’on peut estimer liés à l’accord de coopération monétaire, il y a aussi et surtout, les problèmes liés à la gouvernance de cette monnaie», a affirmé Célestin Tawamba, président du Gicam, principale organisation patronale du Cameroun. Face à ce tableau, plusieurs Africains pensent qu’il faut simplement se débarrasser du FCFA et créer une monnaie propre aux pays de la zone Franc, capable d’appuyer et soutenir les efforts d’industrialisation. «Sortir du franc CFA est une décision. Mais, est-ce que c’est possible? Il faut étudier ensemble les stratégies de sortie puisqu’on est un ensemble de pays», poursuit Dieudonné Mignamissi. Pour d’autres, il faut simplement engager des réformes en profondeur des principaux mécanismes de fonctionnement de cet espace monétaire. Les propositions faites par les experts au cours de ce colloque seront consignées dans un rapport qui sera remis au président de la Commission qui, lui, se chargera de le transmettre aux chefs d’État de la zone.

 

Hermine Yeye pour (App) 

Quitter la version mobile