(Agence de presse panafricaine) -Dans un communiqué rendu public il y’a quelques minutes, CFI apporte un soutien indéfectible au journaliste car, accusé de part et d’autre, d’être le principal instigateur de l’incarcération de celui qui a écopé de18 mois de prison ferme et du paiement d’une amende de 200 mille Fcfa.  

 « La publication de ces extraits ne saurait en aucun cas justifier une peine d’emprisonnement. Nous demandons donc la libération dans les plus brefs délais d’Ignace Sossou auquel je présente mes excuses, au nom de CFI. Nous lui exprimons un soutien sans faille et sommes mobilisés à ses côtés », a déclaré Alan Dréanic, directeur général opérationnel de CFI.

L’on se souvient que c’est par ce même organisme q’Ignace Sossou avait été accusé d’avoir publié dans les réseaux sociaux, des propos sortis du contexte dans lequel les avait dit, le procureur Mario Metonou, alors qu’il animait une communication, dans le cadre d’un séminaire Vérifox Afrique, organisé à Cotonou par CFI.

Devant la barre, l’homme des médias a insisté tout en restant ferme dans sa position, qu’on lui donne des preuves pour étayer les accusations portées contre sa personne. En vain.

Par Ricci Eyock App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here