(Agence de presse panafricaine) -A l’initiative d’un jeune nigérien , en l’occurrence Anawar Abdoulaye, ce pays est en passe de vivre une ère politique nouvelle articulée sur la primauté de la justice sociale, eu égard à une flopée de maux imputables à son chef de l’Etat qui ne s’offusque guère à avaliser les crimes multiformes et extrêmement préjudiciables de ses protégés et affidés qui pillent, corrompent et s’octroient des passe-droits en alimentant une justice à double vitesse dans ce pays.

 

 

 

Des griefs qui, mis côte à côte constituent à n’en point douter un feu qui couve une insurrection populaire dans le genre de celle qui a mis à mal la démocratie malienne il y a quelque temps non sans révéler l’immaturité politique des Maliens eux-mêmes revenus plus de vingt ans en arrière avec une accession au pouvoir par le biais d’un coup de force qu’on croyait révolu sur le continent avec l’avènement certes difficile du système démocratique. Si on n’y est pas encore au Niger, il est tout de même urgent de s’en prémunir tant le niveau de frustrations des populations y a atteint le paroxysme, ne serait-ce qu’à en juger par l’impunité de fait dont bénéficient les protégés et ceux qui en tiennent lieu du Président sortant. Certes, sa décision de ne point briguer un mandat supplémentaire est à féliciter, mais il demeure qu’en avalisant de fait des maux tels la corruption, l’enrichissement illicite, le népotisme et même la concussion, il aura ouvert une large brèche pour des frustrations à n’en point finir et surtout une classe de plus en plus importante de véritables parias sociaux qui ne sauraient accepter stoïquement pendant longtemps cette déplorable situation et grossir progressivement les rangs d’une opposition jusque-là amorphe mais dont la capacité de nuisance s’avèrera déterminante le moment venu pour mettre ce pays littéralement à feu et à sang, forte de griefs pluriels qu’aura accumulés.

 

 

A preuve, c’est s’y fondant que le jeune nigérien n’a pas hésité à lancer un vibrant appel à ses compatriotes pour une prise de conscience collective et une urgence pour l’action en dénonciation des dérives du Président sortant qui selon lui sont porteuses d’une inéluctable implosion sociopolitique aussi dramatique que les effets pervers de la pandémie du nouveau coronavirus qui, quand bien même elle aura quelque peu épargné notre continent l’aura placé aux rebords du gouffre d’une profonde dégradation de l’ensemble de ses circuits économiques et de production assortie d’un ralentissement de sa croissance globale pour en compromettre le développement socioéconomique induit et partant, la pleine réalisation de son ambition d’émergence. Toutes choses contre lesquelles en véritable visionnaire, le jeune nigérien s’insurge et interpelle ses compatriotes pour une action collective et imminente à défaut pour eux de concéder aux affidés du régime sortant à s’en tirer sans frais après avoir contribué à la paupérisation de la population.

 

Jean François Hiac  (App) Paris

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

écrivez à l’adresse Watsapp +237 697 22 28 05 : contact@agencedepressepanafricain.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here