(Agence de presse panafricaine) -Simulant quelque volonté de restaurer la gouvernance au sein du ministère de la défense Mahamadou Issoufou n’a pas hésité à y commettre un audit qui révéla plutôt une forte implication de ses proches dans la distraction de fonds alloués à ce département ministériel pour son équipement et sa modernisation.

 

 

 

 

 

Au sortir de celui-ci, il s’en suivit une véritable chasse aux sorcières alors que les véritables coupables continuent de bénéficier d’une immunité de fait, forts de l’étroitesse de leurs relations avec le commettant dudit audit. Ce d’autant plus qu’avant cet audit, le chef de l’Etat y avait essentiellement commis ses proches aujourd’hui commis soit à des postes nominatifs à l’instar de Karidjo ou encore Massoudou , pour uniquement s’en prendre à Kalla Moutari et quelques officiers supérieurs de la grande muette nigérienne . Une situation qui augurait de quelque volonté d’éteindre ce dernier pourtant son cousin au simple motif de ce qu’il se serait opposé à lui dans la désignation du chef du village Kornaka.

 

 

Urgent : Dans notre prochaine édition les noms et filiations de ces oubliés

 

 

S’il tenait ainsi à faire prévaloir sa préséance au sein de sa propre famille, il engagea plutôt à son propre détriment un tollé général auprès des observateurs de la scène sociopolitique nationale nigériens qui y virent un savant artifice pour protéger ses affidés donc au sein de sa famille politique. paradoxalement Kalla Moutari et les officiers limogés et leur permettre à l’occasion de jouir amplement et indument des fonds qu’ils avaient amassés sur le dos du contribuable nigérien. Seulement mal lui en a pris, aussi longtemps que les narrateurs du présent en sont aujourd’hui à réclamer que ceux-ci soient jugés conformément aux dispositions réglementaires du pays afin à défaut de rendre gorge, de répondre tout au moins de leurs crimes et singulièrement économiques dans un pays plutôt exsangue en matière de ressources budgétaires et financières indispensables pour assurer son développement socioéconomique et, partant, assurer le plein épanouissement de ses populations.

 

 

Jean François Hiac  (App) Paris

Pour toute information confidentielle que vous souhaitez rendre publique

écrivez à l’adresse Watsapp +237 697 22 28 05 : contact@agencedepressepanafricain.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here