OUGANDA : Le gouvernement lutte contre les jeux d’argent

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président Yoweri Museveni a ordonné cette semaine l’arrêt de la délivrance ou du renouvellement des licences aux entreprises des jeux de hasard, dont les plus populaires sont les paris sportifs.

Selon les faits collectés par les confrères du quotidien ougandais local Daily Monitor,  le chef de l’État avait ordonné que dorénavant, aucune nouvelle société ne reçoive de licence, et celles qui sont déjà enregistrées ne verront pas leurs licences renouvelées lorsque celles-ci seront expirées.

Ces dernières années Les jeux d’argent, et principalement les paris sportifs, se sont énormément développés en Afrique de l’Est (et même centrale), notamment grâce aux télévisions et aux smartphones permettant l’utilisation d’applications ad hoc.

L’annonce du gouvernement ougandais a surpris plus d’un. Pour Samuel Mutekanga, responsable d’une société de paris sportifs Betway active dans le pays : « cette décision est un choc pour les entrepreneurs de notre genre et Cela menace notre investissement ». Pourtant, Selon Patrick Lubaale, un responsable de paris chez Galz Betting, à Kampala, des milliers de personnes vivent grâce à ce secteur en Ouganda.

En 2012, l’ONG, ActionAid International Ouganda, a désigné les jeux d’argent comme le « nouveau vecteur de la pauvreté chronique » des jeunes. Le jeu rapporte près de 5 millions de dollars soit environ 2 milliards de FCFA d’impôts au gouvernement. De plus, il y a un nombre incalculable de salles de jeu illégales à travers le pays qui ne paient pas d’impôts sur ce qu’ils gagnent.

D’après le conseil national du jeu ougandais, il y a plus de 1 000 centres de jeu enregistrés en Ouganda qui sont possédés par moins de 50 entreprises de jeu. Leurs casinos, leurs salles de loterie, leurs billards, et leurs salles de paris sportifs sont ouverts 24 heures sur 24, attirant des centaines de milliers de gens tous les jours.

En Afrique centrale, précisément au Cameroun le phénomène s’est presque cristallisé dans les mœurs de jeunes qui y passent des jours comme des nuits dans ces salles de jeux à espérer être millionnaire.

Par Ulrich MMALA  


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Côte d’Ivoire : 4,7 millions Fcfa pour l’autonomisation des femmes de Niakara

Read Next

BENIN: 1,813 tonne de drogue saisies à l’aéroport de Cotonou

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *