Présidentielle en Algérie: Ali Fawzi Rebaïne dans la compétition

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le leader du parti Ahd 54, nourrit le même espoir de présider un jour aux destinées de l’Algérie. Issu d’une famille de révolutionnaires de la première heure, nationaliste convaincu, l’homme part, pour la quatrième fois consécutive, à la conquête du pouvoir.

Il vient de retirer les documents au ministère de l’Intérieur pour ficeler son dossier de candidature après qu’il est ait envoyé une lettre d’intention. Ali Fawzi Rebaïne, né le 24 janvier 1955 à Alger et père de deux enfants, a dit devant la presse «attendre la convocation du corps électoral pour entrer en lice dès lors que j’ai reçu le feu vert de l’ensemble des représentants des wilayas de ma formation politique», a-t-il déclaré.

Même si le facteur temps ne joue pas en faveur des candidats en compétition, Ali Fawzi est très confiant en raison de «l’expérience acquise dans le domaine».

Le candidat reste bien déterminé à braver les barrières devant lui : «rien ne nous fait peur, nous connaissons parfaitement les étapes à suivre et les mécanismes à respecter, nous avons de l’expérience, puisque nous avons participé à trois reprises à ces échéances et nous avons à chaque fois collecté les signatures qui sont nécessaires pour être dans la course», a assuré le candidat qui se présent lui-même aujourd’hui comme «l’alternative au système qu’il a combattu des dizaines d’années durant. Ma participation à  cette élection est pour moi, une autre façon de mener la lutte et le combat.», soutient encore l’opposant farouche au 4e mandat de Bouteflika. «Il faut qu’on nous présente le bulletin de santé du président Bouteflika», ne cesse-t-il de clamer face au mutisme d’en face.

Ali Fawzi Rebaïne, classé 5ème lors de la présidentielle de 2014 avec 1,22% des voix, espère faire mieux «s’il n’y a pas de fraude» et aspire à ce que «l’institution militaire ne s’implique pas dans la politique et reste neutre en veillant à garantir un scrutin transparent».

Il faut peut-être le rappeler, Ali Fawzi Rebaïne a été arrêté et emprisonné à plusieurs reprises. Il a créé durant les années 1980 l’Association des fils et filles de chahids de la wilaya d’Alger, comme il a fondé en 1988 le Comité national contre la torture. En 1991, il crée le parti Ahd 54, dont il devient le secrétaire général.

L’élection présidentielle qui va se tenir le 18 avril 2019, connait déjà une forte mobilisation des citoyens. Ce communiqué officiel parle de 32 personnes qui se sont présentées au ministère de l’Intérieur pour annoncer leur intention d’être candidates. Et parmi les intentions : «neuf lettres d’intention émanent de présidents de partis politiques, et 23 ont été introduites par des candidats indépendants», renseigne-t-on.

Selon la loi, les candidats éventuels ont 45 jours à partir de la publication du décret, soit jusqu’au 4 mars, pour déposer leur dossier auprès du Conseil constitutionnel.

Alexandra Mouto


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Centrafrique : Patrice-Edouard Ngaïssona arrêté en France et transféré à la Cpi

Read Next

Nigeria: Le gouvernement double le salaire minimum

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *