Arrivé à Washington tard dans la nuit de mardi, le président congolais Félix Tshisekedi a entamé le mercredi 3 avril 2019, une visite de travail de deux jours jusqu’au 5 avril, sur invitation du gouvernement américain. C’est son premier déplacement officiel hors du continent africain depuis son investiture. Tout un symbole.

Même s’il ne rencontrera pas son homologue américain, il est clair qu’«au cours de sa visite, le président Tshisekedi rencontrera le secrétaire d’Etat Pompeo, ainsi que d’autres responsables de haut niveau du cabinet du président Donald Trump, afin de discuter de la coopération entre les Etats-Unis et la Rdc dans divers domaines, notamment les efforts déployés pour contenir l’épidémie d’Ebola», selon Robert Palladino, porte-parole du département d’Etat, lors de son briefing du 26 mars dernier.

 «La visite du Président Tshisekedi offrira l’occasion aux Etats-unis et à la Rdc  d’examiner plus en détails leur intérêt commun à lutter contre la corruption, à respecter les droits de l’homme, à améliorer les services de santé et d’éducation, à améliorer la sécurité, et à créer plus d’emplois pour les Congolais, en attirant plus  d’investissements américains», a déclaré récemment dans un communiqué, l’ambassadeur des Etats-unis à Kinshasa, Mike A. Hammer. Selon le diplomate américain, « les Etats-unis sont déterminés à soutenir la vision d’avenir du nouveau Chef de l’Etat de la Rdc  et ses efforts visant à améliorer la vie des Congolais. Les Etats-unis se réjouissent de travailler avec le président Tshisekedi pour réaliser le vrai potentiel de la Rdc, et produire des résultats pour le peuple congolais », a-t-il conclu.

Au niveau de la présidence de la République démocratique du Congo,  on avait déjà fait savoir que ce premier voyage du nouveau chef de l‘Etat devrait couvrir les volets politiques, sécuritaires et celui des échanges commerciaux. Raison pour laquelle on retrouve dans sa suite, outre ses proches collaborateurs du cabinet, des hommes d’affaires du réseau Makutano qu’il a rencontré en marge de l’Africa Ceo Forum fin mars, mais aussi des entrepreneurs locaux, et ceux de la diaspora congolaise aux Etats-Unis.

Toutes choses qui tranchent avec certaines informations qui faisaient état de ce que la présence de l’opposant Martin Fayulu, qui a, selon la Voix de l’Amérique, précédé le président Tshisekedi à Washington,  laissait subodorer une probable rencontre entre les deux adversaires à la présidentielle. Car, “Nous n’allons pas à Washington pour parler de nos problèmes internes qui se traiteront au Congo, mais plutôt d’intérêts communs, de paix, de sécurité et de développement de la Rdc,” a déclaré le président Tshisekedi à Dakar, alors qu’il s’apprêtait à prendre son vol pour les Etats-unis.

C’est dans ce cadre qu’il a été reçu mercredi par le secrétaire d‘Etat américain Mike Pompéo. Puis, s’est ensuivie une journée de travail très serrée pour le président Félix Tshisekedi, à l’instar de ce tour de table organisé par la Chambre de commerce américaine. L’exposé du président de la Rdc a tourné autour des thèmes tels que la réhabilitation de l’électricité, la lutte contre la corruption, la digitalisation de l’Administration et la bonne gouvernance.

Une importante innovation est à noter : la mise sur pied d’une section technique à caractère économique qui va être installée à l’Ambassade de la Rdc aux Usa ; en vue de faciliter la tâche aux potentiels investisseurs.

Pour analyste stratégique Idian Omari, par ailleurs porte-parole du Fcc de Joseph Kabila, cette visite cache tout un symbole : «L’intérêt américain est plus stratégique. Il s’agira de l’opportunité que va offrir le président Félix Tshisekedi de pouvoir explorer et exploiter nos minerais par des firmes américaines dans notre pays, la question des minerais comme le cobalt, le coltan, l’or, qui pourrait être longuement traitée au cours de son séjour. J’imagine cela comme un enjeu majeur de cette visite du président Félix Tshisekedi, surtout depuis la découverte de la sengierite dans les mines de Luiswishi, dans la province au Haut-Katanga. Ce minerai serait plus radioactif que l’uranium et suscite actuellement la curiosité des plusieurs pays à travers le monde», conclu-t-il.

Dans tous les cas, ce qui est certain c’est qu’au terme de cette visite officielle, les relations économiques entre les deux pays vont davantage  se consolider dans les jours à venir. par Désiré Njana App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here