Redéploiement russe : L’influence continentale à travers Afrique Média

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

(Agence de presse panafricaine) Alors qu’on croyait la guerre froide révolue, elle semble revenir au goût du jour en empruntant les chemins économique et médiatique, comme l’attestent le développement sous-jacent des relais pour ce faire. Toute fois, si le continent manque cruellement d’investissements, il ya lieu de les sérier afin de ne point avilir la souveraineté des états. et le chantre de cette option qu’était jusqu’alors la chaîne panafricaine Afrique Média en est aujourd’hui à se dédire en prêtant le flanc aux russes qui, forts d’une puissance financière certaine n’ont pas hésité de lui avancer d’importants financements pour son développement horizontal et même vertical à venir.

En fait, le choix de la chaîne panafricaine n’aura pas été anodin, aussi longtemps que ses prises de position originelles s’insurgeaient contre le néocolonialisme sous toutes ses formes et singulièrement la perpétuation de la France-Afrique. Suffisant pour susciter quelque sympathie à la Russie qui nourrissait en secret un retour en force en Afrique où elle a été expulsée par la coalition franco-américaine sous le fallacieux prétexte d’accompagner au mieux les pays africains pour le développement, mais en réalité pour piller, spolier et surtout aliéner nos dirigeants en leur assurant un indéfectible soutien pour leur maintien au pouvoir ad vitam æternam. Malheureusement, le vent de l’est est venu remettre en cause cette éventualité en imposant à l’Afrique un arrimage aux préceptes démocratiques et ce, en dépit d’un déficit criard de culture démocratique au point que les deux puissances évoquées supra : la France et les Etats-Unis ont été contraints d’avaliser hold-ups électoraux et autres modifications constitutionnelles taillées sur mesure pour instaurer des potentats en lieu et place d’états.

Toutes choses qu’entend combattre à leur manière la Chine et la Russie au travers d’une approche non plus paternaliste mais plutôt partenariale au sein de laquelle on donne l’impression de militer pour des rapports égalitaires alors qu’on voudrait simplement s’adosser sur quelque relais pour assouvir un désir de puissance à défaut d’inféoder ces relais. A titre d’illustration, se fondant sur le vœu de développement de la chaîne panafricaine, les investisseurs russes entendent plutôt contrôler en sous-mains celle-ci en prenant sur eux ses principales charges d’exploitation : notamment le redéploiement de ses personnels tous frais pris en charge par les russes, densification du matériel de production, spécialisation éditoriale et surtout présence effective dans tous les bouquets Tv proposés sur le continent.

Autant dire, disposer d’un puissant hub pour diffuser la culture russe et agir progressivement sur le subconscient des populations africaines afin de les amener à honnir leurs maîtres d’hier et de naguère. en fait Afrique Média va être commise à la basse besogne en s’écartant à l’occasion de sa ligne éditoriale originelle. Voilà où peut mener la navigation à vue quand on n’aura pas véritablement pensé entreprise de presse pour s’essayer dans des coups médiatiques opportunistes. Comme ce fut le cas à l’entame de la diffusion de cette chaîne prétendument panafricaine. Nous y reviendrons .

Par Hermine Yeye App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

République Démocratique du Congo : Un train déraille dans le Tanganyika, au Sud – Est du pays

Read Next

Exclusivite Dialogue inclusif à venir : Les Amba boys exigent une délocalisation territoriale

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *