(Agence de presse panafricaine) -Des partisans de l’ancien président congolais Joseph Kabila ont contesté mardi, la mesure de rappel définitif en République démocratique du Congo de trois ambassadeurs nommés par l’ex-chef de l’État.

Ces derniers sont accusés de manquements graves. Une allégation qui n’est pas confirmée par le ministère des Affaires étrangères qui n’a pas donné de détails sur les fautes commises par deux représentants de la RDC auprès des Nations unies à New-York, Ignace Gata Mavita et auprès des instances spécialisées de l’ONU à Genève, Zénon Mukongo. « La décision de madame la ministre d’État, n’a pas été délibérée en conseil des ministres. En conséquence, elle a agi, en usurpant les compétences qui ne lui sont pas reconnues », a dénoncé la sénatrice Francine Muyumba, présidente de la commission des Relations extérieures du Sénat congolais. « Le président de la République nomme, relève de leur fonction et le cas échéant révoque les ambassadeurs et envoyés spéciaux sur proposition du gouvernement délibérée en conseil des ministres », explique-t-elle dans sa déclaration écrite parvenue à l’AFP.

« Les deux ambassadeurs ont été sanctionnés parce qu’ils avaient soutenu la position de la Chine sur la région autonome de  Xinjiang à la 41ème session du conseil des droits de l’homme et à la 3ème session de l’assemblée générale de l’ONU en octobre », a indiqué un sénateur du Front commun pour le Congo (FCC), la famille politique de l’ancien président Kabila.

Quant à l’ambassadeur de la RDC au Japon, Ramazani Bin Kithima, accusé d’avoir spolié l’immeuble de la représentation diplomatique congolaise à Tokyo, il a indiqué « qu’il s’agit d’une déformation calomnieuse des faits pour dissimuler les véritables responsables de ce pillage patrimonial en bande organisée », dans un communiqué. Les trois ambassadeurs avaient été nommés par l’ancien président Joseph Kabila. Ils sont révoqués par la nouvelle ministre des Affaires étrangères, une proche du nouveau chef de l’État, Félix Tshisekedi. Celui ci a passé un accord de coalition avec son prédécesseur, dont les partisans disposent de la majorité des sièges à l’Assemblée nationale, au sénat, aux assemblées provinciales.

Par N.R.E App

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here