Santé – République Démocratique du Congo : Les autorités sanitaires annonce une augmentation du nombre des cas et des décès d’Ebola

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

( agence de presse panafricaine ) La déclaration a été faite ce lundi : « Nous craignons une augmentation des cas de contamination et de décès dus à la maladie à virus Ebola, après deux jours de ralentissement des activités de riposte dans l’est du pays ».

Dans le bulletin quotidien du ministère de la Santé congolais daté de lundi, on peut lire que « les activités de riposte ont fonctionné au ralenti dans la ville de Butembo et les zones de santé voisines ces dimanche 5 et lundi 6 mai 2019 (…) Les comités locaux ont assuré un service minimal… ».

« Une augmentation des cas et des décès est attendue dans les prochains jours suite à ce ralentissement des activités de riposte permettant de limiter la propagation du virus dans la communauté »

Dans la même parution, un bilan est fait et, les statistiques ne sont point encourageantes : « Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 1572, dont 1506 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 1045 décès (979 confirmés et 66 probables) et 439 personnes guéries, tandis que 111.920 personnes ont été vaccinées. Samedi, la barre des mille décès d’Ebola avait été franchie… ».

Lors d’une précédente sortie, le docteur Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé avait relevé qu’il y aura perturbation des activités de riposte et  augmentation des cas et des décès.  

Dimanche et lundi, des conducteurs des taxi-motos de Butembo ont érigé des barrières sur les artères pour protester contre l’insécurité dans la ville. A Butembo, carrefour commercial d’un million d’habitants (Nord-Kivu, est), des équipes de riposte contre Ebola sont régulièrement ciblées par attaques.

Un médecin camerounais de l’OMS avait été abattu le 20 avril alors qu’il participait à une réunion dans un hôpital. La dixième épidémie d’Ebola est considérée comme la plus grave enregistrée sur le sol congolais depuis 1976 et comme la deuxième la plus grave après celle en Afrique de l’ouest en 2014 (plus de 11.000 morts en Guinée, Sierra Leone et au Liberia principalement).

Par Ricci Eyock App


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Read Previous

Niger : L’explosion d’un camion-citerne à Niamey entraîne des dizaines de morts

Read Next

Coopération : Faure Essozimna Gnassingbé est au Gabon

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *